Accueil des migrants : 55% des Français opposés à ce que la France imite l'Allemagne

le , mis à jour le
0
Accueil des migrants : 55% des Français opposés à ce que la France imite l'Allemagne
Accueil des migrants : 55% des Français opposés à ce que la France imite l'Allemagne

L’opinion des Français sur l’accueil des migrants et leur position sur un engagement renforcé de la France au sein de la coalition militaire, recueillies dans le sondage réalisé par Odoxa pour notre journal, sont étroitement liées.

Non à un assouplissement des conditions d’accueil. Une majorité (55 %) de Français se déclarent opposés à ce que la France fasse comme l’Allemagne et assouplisse les conditions d’octroi du statut de réfugié aux migrants, notamment aux Syriens fuyant la guerre civile. « Notre question a été posée après le choc produit par la diffusion des images bouleversantes du petit Aylan, souligne Gaël Sliman, président d’Odoxa. L’émotion ne change donc rien à la posture de fermeture qu’ont les Français depuis des mois sur l’accueil des migrants. » Les sympathisants de gauche sont néanmoins très largement favorables (69 %) à l’accueil, alors que ceux de droite y sont en proportion identique (69 %) opposés.

Pour une forte majorité, les réfugiés syriens ne méritent pas un meilleur accueil. Ils sont 62 % (contre 36 %) à estimer qu’il faut les traiter comme des migrants comme les autres (c’est-à-dire des immigrés pour raisons économiques) et donc les accueillir au compte-gouttes. Ce refus de voir une singularité des migrants originaires de Syrie se retrouve aussi bien chez les sympathisants de gauche (55 %) que chez ceux de droite (67 %).

Oui à la mise en place de quotas.  Pour les Français Paris en fait déjà beaucoup, en comparaison de l’Allemagne, mais vraisemblablement aussi des autres pays européens. Plus des deux tiers (69 %) de nos concitoyens sont favorables à l’instauration de quotas afin de répartir les migrants et les demandeurs d’asile entre les différents pays de l’Union européenne. « Nous n’évoquons pas ici le caractère obligatoire ou non de ces quotas, mais il est probable que l’approbation ne serait pas moindre pour des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant