AccorHotels mise à Bercy sur un partenariat avec l'américain AEG

le
0

* Le palais omnisports de Bercy rebaptisé AccorHotels Arena POPB * Un contrat inédit pour le groupe hôtelier de E3,5 mlns par an * Le groupe en discussions avec AEG, géant américain du spectacle par Pascale Denis et Dominique Vidalon PARIS, 1er octobre (Reuters) - AccorHotels ACCP.PA va donner son nom au Palais omnisports de Paris Bercy (POPB) aux termes d'un contrat dont il attend une visibilité accrue mais aussi un surcroît de chiffre d'affaires grâce à un partenariat avec la société américaine Anschutz Entertainment Group (AEG). La salle parisienne, une des plus grandes d'Europe et dont la clientèle est à 65% internationale, sera rebaptisée AccorHotels Arena POPB à sa réouverture prévue le 6 novembre, après 18 mois de travaux. Un contrat, autorisé par le Conseil de Paris, sera signé par AccorHotels, la ville de Paris et AEG, qui détient 35% de la société d'exploitation de la salle et qui compte parmi les plus gros opérateurs mondiaux de salles de spectacles. Le numéro un européen de l'hôtellerie (Ibis, Novotel, Mercure ou Sofitel) boucle ainsi son premier accord de "naming" et le plus important contrat de ce type en France, où cette forme de sponsoring est encore peu usitée. Le nom d'AccorHotels Arena POPB figurera sur le bâtiment, à l'accueil ainsi que sur les billets des spectacles. "AccorHotels donne à sa marque une vraie visibilité", a déclaré à Reuters Sébastien Bazin, PDG du groupe, pour qui cette initiative s'inscrit "dans la suite logique du changement de nom et du plan digital du groupe". Après avoir lancé un plan numérique de 225 millions d'euros il y a un an, le groupe s'est rebaptisé "AccorHotels" en juin, prenant le nom de sa plate-forme de réservations transformée en place de marché ouverte aux indépendants pour mieux affronter Booking PCLN.O ou Expedia EXPE.O . ID:nL5N0YP225 Surtout, le groupe hôtelier espère nouer un partenariat avec AEG lui permettant de mettre à profit la gigantesque base de données de clients du groupe américain. AEG, propriété du milliardaire Philip Anschutz, pourrait ainsi promouvoir l'offre d'AccorHotels auprès de ses clients, en couplant par exemple des billets de spectacles avec des nuitées ou en proposant des billets aux porteurs de la carte de fidélité d'AccorHotels ayant accumulé un certain nombre de points. "AccorHotels dispose d'une offre hôtelière dans 80% des villes du monde dans lesquelles AEG est implanté", a précisé Sébastien Bazin qui a dit espérer pouvoir nouer d'autres contrats de ce type avec l'américain, a-t-il dit. Les discussions sont en cours entre les deux groupes. A Bercy, AccorHotels versera à la société d'exploitation 3,25 millions d'euros par an auxquels s'ajouteront 900.000 euros supplémentaires pour l'achat de loges. Le contrat, d'une durée de dix ans, sera renouvelable pour 10 années supplémentaires. La salle dédiée au sport et à la musique, a fait l'objet d'importants travaux (pour environ 150 millions d'euros) et sa jauge a été portée de 17.000 à 20.000 places. Les contrats de "naming" sont encore peu répandus en France. La mutuelle d'assurance Matmut a déboursé environ 20 millions d'euros sur dix ans pour donner son nom au stade de Bordeaux, un montant sensiblement équivalent à celui versé par l'assureur Allianz ALVG.DE pour celui de Nice. (Edité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant