Accord sur le climat dans l'aviation civile

le
0
    MONTREAL, 6 octobre (Reuters) - L'Organisation de l'aviation 
civile internationale (OACI), qui dépend des Nations unies, a 
approuvé jeudi le premier accord mondial sur les émissions de 
gaz à effet de serre, qui était en négociations depuis six ans. 
    En dépit d'objections de l'Inde et de la Russie, les 191 
Etats membres de l'OACI ont entériné ce texte qui prévoit un 
système de compensation carbone. L'objectif est de freiner la 
croissance des émissions de gaz à effet de serre des vols 
commerciaux. Le coût de sa mise en oeuvre est estimé à moins de 
2% des revenus du secteur. 
    L'accord s'appliquera aux vols internationaux commerciaux 
(passagers et fret) et aux avions d'affaires qui génèrent plus 
de 10.000 tonnes de CO2 par an. 
    "C'est un moment historique", a commenté le représentant 
espagnol, Victor Aguado. 
    L'aviation civile représente environ 2% des émissions 
globales de CO2 et sa part pourrait progresser, les spécialistes 
du secteur s'attendant à ce que le trafic passagers double d'ici 
2034 pour atteindre les sept milliards de personnes transportées 
chaque année.  
    Une première phase, volontaire, s'ouvrira de 2021 à 2026 
avant de devenir obligatoire, en 2027. Au moins 64 pays 
représentant 85% de l'activité du secteur ont annoncé qu'ils 
participeraient à la phase volontaire. Les compagnies aériennes 
devront acheter des "crédits carbone" pour compenser la 
croissance de leurs rejets de CO2. 
    Ce secteur d'activité n'est pas couvert par l'accord de 
Paris sur le climat, qui entrera en vigueur début novembre. 
  
 
 (Allison Lampert; Henri-Pierre André pour le service français, 
édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant