Accord sur la libération des lycéennes enlevées au Nigeria

le
0

(Précisions, combats au Cameroun) ABUJA, 17 octobre (Reuters) - Les autorités nigérianes ont annoncé vendredi avoir conclu avec Boko Haram des accords sur un cessez-le-feu et sur la libération de plus de 200 lycéennes enlevées par la secte islamiste il y a six mois à Chibok, dans le nord-est du pays. "Le gouvernement nigérian a conclu deux accords avec le mouvement Boko Haram : d'abord un cessez-le-feu, puis la libération des filles enlevées à Chibok", a-t-on déclaré à Reuters de source proche de la présidence. Ces accords n'ont pas été confirmés dans l'immédiat par les rebelles. "Je souhaite vous informer qu'un accord de cessez-le-feu a été conclu", a déclaré pour sa part le chef d'état-major de l'armée nigériane, le maréchal de l'air Alex Badeh, précisant que ce résultat avait été obtenu après trois jours de discussions avec la secte islamiste. Le porte-parole du gouvernement nigérian, Mike Omeri, a précisé que l'accord prévoyait la libération des détenus aux mains de Boko Haram, qui "nous a assuré que les lycéennes et les autres personnes entre ses mains étaient en bonne santé". Le gouvernement a négocié avec Danladi Ahmadu, qui se présente comme le secrétaire général de Boko Haram, a-t-on appris auprès de la présidence nigériane. Selon plusieurs sources, le Tchad a été impliqué dans ces discussions. Le Cameroun a part ailleurs annoncé vendredi que huit de ses soldats et 107 membres de Boko Haram avaient été tués mercredi et jeudi dans des combats dans l'extrême nord du pays. Le mouvement islamiste est de plus en plus actif dans le nord du Cameroun où le gouvernement de Yaoundé a déployé des troupes, se joignant aux efforts de la communauté internationale. (Felix Onuah, Camillus Eboh, Joe Brock et Anne Mireille Nzouankeu; Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant