Accord salarial de dernière minute en Israël, grève évitée

le
0
    JERUSALEM, 23 décembre (Reuters) - Un accord salarial dans 
la fonction publique a été conclu dans la nuit de mardi à 
mercredi en Israël, qui évite ainsi de justesse sa première 
grève nationale en près de quatre ans. 
    En cas d'échec des négociations entre le ministère des 
Finances et la confédération syndicale Histadrout, qui 
représente 700.000 fonctionnaires, les administrations, les 
hôpitaux, les écoles, le principal aéroport du pays, les gares 
et la Bourse de Tel Aviv seraient restés fermés mercredi. 
    Cet accord prévoit une revalorisation salariale de 7,5% en 
moyenne étalée sur trois ans et demi, avec un effort plus 
important accordé en faveur des plus bas salaires afin de 
combler en partie les écarts de revenus, a annoncé le ministère 
des Finances dans un communiqué. 
    Cette augmentation générale devrait coûter 7,5 milliards de 
shekels (1,76 milliard d'euros) à l'Etat. 
    La dernière grève nationale en Israël avait duré trois jours 
début 2012 et avait coûté environ six milliards de shekels à 
l'économie du pays. Elle avait été conclue par un accord 
salarial en faveur des revenus les plus modestes. 
    Un autre mouvement a été évité en décembre dernier avec la 
signature d'un accord entre Histadrout et le patronat sur le 
relèvement du salaire minimum. 
    Israël a connu une croissance économique plus faible que 
prévu au premier semestre de 2015 avant d'enregistrer un rebond 
au troisième trimestre, avec une progression du produit 
intérieur brut (PIB) de 2,5% en rythme annualisé. 
 
 (Ari Rabinovitch; Bertrand Boucey pour le service français, 
édité par Benoît Van Overstraeten) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant