Accord russo-américain en vue sur une trêve de 48 heures à Alep

le
0
    WASHINGTON, 2 septembre (Reuters) - Les Etats-Unis et la 
Russie sont proches d'un accord qui ouvrirait la voie à une 
trêve de 48 heures à Alep et à l'acheminement d'aide 
humanitaire, tout en limitant les survols de l'aviation 
syrienne, a-t-on appris vendredi de sources diplomatiques.  
    Des points-clés restent toutefois à régler et plusieurs 
acteurs de premier plan, comme le secrétaire américain à la 
Défense Ashton Carter et certaines composantes de l'opposition 
syrienne restent dubitatifs, souligne-t-on.  
    S'il est effectivement conclu, l'accord pourrait amener les 
services de renseignement américains à fournir à l'armée russe 
des informations sur les positions du Djabhat Fatah al Cham, 
ex-Front al Nosra.  
    "Ce n'est pas encore fait", a-t-on souligné, ajoutant 
toutefois que le secrétaire d'Etat d'américain John Kerry et le 
ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pourraient 
l'annoncer dimanche ou lundi, voir plus tard.  
    Les différents points en discussion sont les suivants:  
    - accès immédiat à Alep pour les convois humanitaires via la 
route du Castello, actuellement contrôlée par les forces 
syriennes; 
    - les forces gouvernementales aux points de contrôle 
pourront vérifier que les seaux de l'Onu sont intacts sur les 
camions, mais ne seront pas autorisées à en inspecter le contenu 
ni à le décharger;  
    - les survols de l'aviation syrienne seront limités aux 
appareils "non-combattants" et à des zones délimitées; 
    - si l'accord est respecté, les Etats-Unis pourraient 
partager des renseignements permettant aux forces russes de 
viser le groupe autrefois connu sous le nom d'Al Nosra. Le 
mouvement a annoncé en juillet sa rupture avec Al Qaïda et s'est 
rebaptisé Djabhat Fatah al Cham, mais Washington le considère 
toujours comme une organisation terroriste.  
    On ignore si le texte en discussion aborde ou non la 
question d'un cessez-le-feu global. John Kerry et Sergueï Lavrov 
ne sont pas parvenus à s'entendre sur ce point, la semaine 
dernière, à Genève.  
 
 (Arshad Mohammed, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant