Accord préliminaire de gouvernement entre séparatistes catalans

le
1
 (Complété tout du long avec précisions et contexte) 
    MADRID, 22 décembre (Reuters) - Les partis séparatistes 
catalans sont parvenus mardi à un accord sur la formation d'un 
gouvernement régional susceptible de relancer un processus 
d'indépendance de la Catalogne, au moment même où l'Espagne a 
basculé dans une période d'incertitude politique sur le plan 
national à la suite des législatives de dimanche. 
    Les partis favorables à l'indépendance de la Catalogne ont 
remporté une majorité de sièges au parlement régional lors des 
élections du 5 septembre mais les divisions entre ces différents 
mouvements les ont empêchés de progresser vers leur objectif. 
    Initialement hostile à Artur Mas, la direction du parti CUP 
(Candidature d'Unité populaire, gauche radicale) a finalement 
accepté de le soutenir et de lui permettre de rester à la tête 
de l'exécutif régional. 
    L'accord annoncé mardi, qui comprend aussi des mesures 
économiques et un calendrier de 18 mois vers l'indépendance, 
doit néanmoins encore être approuvé par les militants du CUP qui 
se réuniront en assemblée dimanche prochain. Si les adhérents du 
CUP rejettent l'accord, de nouvelles élections devront être 
organisées d'ici le mois de mars en Catalogne. 
    "Les résultats (des élections nationales) de dimanche ne 
modifient pas notre feuille de route, qui demeure valable", a 
déclaré Raul Romeva, de la principale coalition de formations 
séparatistes Junts pel Si (Ensemble pour le oui). 
    Le Parti populaire (PP) conservateur, qui s'efforce de 
bloquer toute tentative d'indépendance de la Catalogne, est 
arrivé en tête des élections législatives organisées dimanche 
dans l'ensemble de l'Espagne. Il a néanmoins perdu sa majorité 
absolue et ne paraît pas en mesure de former une coalition 
majoritaire. 
    Son principal opposant, le Parti socialiste ouvrier espagnol 
(PSOE), pourrait tenter de son côté de former une alliance 
alternative pour revenir au pouvoir. Il lui faudra pour cela 
unir ses forces à celles de partis de gauche catalans favorables 
 à l'indépendance mais aussi et surtout à Podemos, mouvement qui 
prône la tenue d'un référendum d'autodétermination en Catalogne 
même s'il appellerait à voter contre l'indépendance. 
    La Cour constitutionnelle espagnole a révoqué le 2 décembre 
une résolution adoptée le 9 novembre par le parlement de 
Catalogne, censée déboucher sur la proclamation d'une république 
indépendante dans un délai de 18 mois. 
 
 (Julien Toyer et Sonya Dowsett; Eric Faye et Bertrand Boucey 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • y.tiruz il y a 12 mois

    Valls y est dans le séparatistes catalans ? non ?