Accord franco-belge pour relever les garanties de Dexia

le
0
Accord franco-belge pour relever les garanties de Dexia
Accord franco-belge pour relever les garanties de Dexia

par Jean-Baptiste Vey et Robert-Jan Bartunek

PARIS/BRUXELLES (Reuters) - La Belgique et la France sont parvenues à un accord pour augmenter de 45 milliards à 55 milliards d'euros le montant des garanties apportées à Dexia, a déclaré mercredi le ministre français de l'Economie Pierre Moscovici.

Ces garanties publiques temporaires sont destinées à couvrir les besoins de financement de la banque franco-belge, contrainte à l'automne au démantèlement en raison de la crise de la dette au sein de la zone euro.

"Nous sommes tombés d'accord sur l'augmentation du plafond des garanties qui passeraient de 45 à 55 milliards d'euros", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Il fallait l'accord des gouvernements belge et français pour que la Commission puisse notifier cela, elle l'attendait", a ajouté le ministre.

La Commission européenne a de son côté fait savoir mercredi qu'elle avait bien reçu des Etats une demande pour augmenter le montant des garanties temporaires destinées à couvrir les besoins de financement de la banque.

L'exécutif européen, qui doit encore donner son feu vert au plan de démantèlement de Dexia, avait déjà autorisé l'extension pour quatre mois des garanties publiques accordées à la banque. Il a néanmoins émis des réserves sur la compatibilité des intérêts attachés à ces garanties avec les règles sur les aides d'Etat.

A l'automne, volant une nouvelle fois au secours de Dexia, la Belgique, la France et le Luxembourg ont décidé d'apporter 90 milliards d'euros de garanties à la banque, et ce pour période de dix ans.

Bruxelles doit apporter 60,5% de ces garanties tandis que Paris apportera 36,5% et le Grand Duché 3%.

Le ministre français de l'Economie a aussi fait savoir que les gouvernements belge et français ainsi que la Commission européenne poursuivaient leurs discussions sur la gouvernance de Dexia.

Les actionnaires belges de la banque souhaitent en effet le départ de Pierre Mariani, l'actuel administrateur délégué de Dexia, pour le remplacer par Karel De Boeck.

"C'est un sujet très compliqué, nous parlons avec la Commission européenne et nos amis belges", a souligné Pierre Moscovici.

"Nous sommes aussi tombés d'accord sur les principes et les modalités d'un travail triparti Belgique-France-Commission européenne, je n'oublie pas le Luxembourg, pour trouver une solution structurelle", a encore dit le ministre.

Avec Matthieu Protard à Paris, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant