Accord européen sur les faillites bancaires

le
0
Les ministres des finances de l'UE ont arraché dans la nuit un accord sur le second pilier de l'union bancaire: le règlement des faillites et le partage des pertes des banques entre argent public et investisseurs privés.

Le compromis, noué au bout de huit heures de discussions «de haute lutte» selon Pierre Moscovici, consacre une nouvelle donne, après des années qui ont vu les contribuables européens priés de mettre la main à la poche pour liquider ou réorganiser les banques défaillantes. Désormais ce sont les «investisseurs» - des actionnaires jusqu'aux plus gros déposants - qui supporteront d'abord le risque et, in fine, le prix de l'échec. Du renflouement externe (bail-out), l'Europe veut passer au sauvetage interne (bail-in).

L'accord, une proposition législative, doit maintenant obtenir le feu vert du parlement européen. Il devrait effectivement entrer en vigueur en 2018, d'après le ministre irlandais Michael Noonan. L'UE s'était entendue l'an dern...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant