Accord entre les Farc et Bogota sur l'indemnisation des victimes

le
0
    LA HAVANE, 15 décembre (Reuters) - Des représentants du 
gouvernement colombien et des Forces armées révolutionnaires de 
Colombie (Farc) ont signé mardi un accord sur les réparations 
qui seront versées aux victimes de la guerre et sur 
l'instauration de tribunaux spéciaux chargés de juger les 
anciens belligérants, une fois conclu un accord de paix 
définitif. 
    Cette signature maintient le processus de paix sur ses 
rails, alors qu'une date butoir a été fixée au 23 mars 2016 pour 
mettre fin au conflit le plus ancien d'Amérique latine au cours 
duquel 220.000 personnes ont péri et des millions d'autres ont 
été contraintes à l'exode depuis 1964. 
    Dix-huit mois ont été nécessaires pour parvenir au texte 
dont la teneur a été annoncée mardi. Les familles de victimes 
des rebelles, de l'armée régulière et des paramilitaires ont été 
sollicitées et ont avancé des propositions. Soixante d'entre 
elles ont témoigné devant les négociateurs présents à La Havane, 
où se déroulent depuis trois ans les pourparlers de paix. 
    Une commission chargée de faire la lumière sur le conflit va 
être mise en place. Elle aura également pour mission de 
coordonner la recherche des disparus, identifier leurs restes et 
les restituer aux familles 
    En septembre, le gouvernement colombien et les guérilleros 
ont conclu un accord portant sur l'instauration de juridictions 
spéciales devant lesquelles les combattants, rebelles, soldats 
et paramilitaires seront traduits. 
    Si l'accent sera mis sur l'octroi d'autant d'amnisties que 
possible, les juridictions auront à coeur de réduire les peines 
de ceux qui reconnaîtront leurs torts tandis que ceux qui se 
sont rendus coupables de crimes de guerre ou de crimes contre 
l'humanité ne pourront être dispensés de peine. 
 
 (Nelson Acosta; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant