Accord entre Egypte, Ethiopie et Soudan sur un projet de barrage

le
0

KHARTOUM, 23 mars (Reuters) - Les dirigeants égyptien, éthiopien et soudanais ont signé lundi une déclaration de principes sur la construction d'un barrage géant en Ethiopie qui ouvre la voie à une coopération entre les trois pays sur ce projet qui inquiète particulièrement Le Caire. L'Egypte, qui dépend totalement du Nil pour son approvisionnement en eau potable mais aussi pour l'irrigation et l'industrie, réclame la garantie que le barrage Renaissance ne réduira pas le débit du fleuve de manière trop importante. L'Ethiopie assure que le barrage, construit sur le Nil bleu, ne lésera pas les autres pays et se plaint de manoeuvres du Caire visant à bloquer le financement du projet par des bailleurs de fonds internationaux. "Je réaffirme que le barrage Renaissance ne causera aucun préjudice aux pays en aval", a déclaré le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn lors d'une cérémonie à Khartoum, en présence des présidents égyptien Abdel Fattah al Sissi et soudanais Omar al Bachir. "Vous allez vous développer et croître et je vous soutiens, mais soyez attentifs au fait qu'en Egypte, la population ne vit que de l'eau qui provient de ce fleuve", a répondu Abdel Fattah al Sissi. Le barrage, susceptible de transformer l'économie éthiopienne, est voué à devenir le plus grand d'Afrique et à fournir de l'électricité à bas prix jusqu'en Afrique du Sud et au Maroc. Construit par la société italienne Salini Impregilo SpA SALI.MI , il doit produire 6.000 mégawatts d'électricité. VOIR AUSSI: Plus de population, moins d'eau, le casse-tête de l'Egypte ID:nL6N0PF1WV (Khalid Abdelaziz; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant