Accord en Lituanie pour une coalition de gouvernement

le
0
    VILNIUS, 9 novembre (Reuters) - L'Union des paysans et des 
Verts (centre droit) a annoncé mercredi avoir accepté de former 
une coalition de gouvernement en Lituanie avec le Parti 
social-démocrate (centre gauche), à la suite des élections 
organisées le 23 octobre. 
    Relativement marginale jusqu'alors sur la scène politique 
lituanienne, l'Union des paysans et des Verts est devenue la 
première force politique du pays avec 54 des 141 sièges du 
parlement monocaméral. 
    L'homme qui a dirigé sa campagne, Saulius Skvernelis, est  
pressenti pour le poste de Premier ministre.  
    Pour la première fois en quinze ans dans le pays balte, le 
chef du gouvernement ne sera donc pas issu du Parti 
social-démocrate, auquel appartient le Premier ministre sortant 
Algirdas Butkevicius, ni de l'Union de la patrie 
(conservateurs). 
    Le parti vainqueur, dirigé par l'homme d'affaires Ramunas 
Karbauskis, a promis durant la campagne de former un 
gouvernement de techniciens à même de juguler l'émigration vers 
les autres pays plus prospères de l'Union européenne. 
    La nouvelle coalition, qui devrait prendre ses fonctions le 
mois prochain, entend s'atteler en outre aux inégalités. 
"Priorité va être donnée à l'éducation", a déclaré Ramunas 
Karbauskis à la presse. 
    La Lituanie affiche une croissance économique annuelle de 
l'ordre de 2% à 3% alors qu'elle était plus de deux fois plus 
forte il y a dix ans, ce qui alimente les craintes d'une partie 
de la population sur le fait que le pays pourrait avoir du mal à 
combler son retard sur ses partenaires de l'UE. 
    La population est passée de 3,3 millions d'habitants il y a 
dix ans à 2,9 millions. 
    Durant la campagne, Ramunas Karbauskis a déclaré qu'un 
gouvernement dirigé par l'Union des paysans et des Verts se 
montrerait plus interventionniste dans le domaine économique, 
avec notamment la création d'un monopole d'Etat sur la vente 
d'alcool ou la constitution d'une banque publique qui entrerait 
en concurrence avec les établissements privés. 
    Il a aussi prévenu que son parti ne reconnaîtrait pas le 
mariage homosexuel. 
 
 (Andrius Sytas, Gilles Trequesser, avec Bertrand Boucey, pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant