Accord avec la Grèce : l'explication de texte du professeur Varoufakis

le , mis à jour le
7
Yanis Varoufakis était partisan d'un bras de fer plus musclé avec la zone euro, comme il le raconte au magazine britannique NewStatesMan.
Yanis Varoufakis était partisan d'un bras de fer plus musclé avec la zone euro, comme il le raconte au magazine britannique NewStatesMan.

Yanis Varoufakis se consacre désormais à ce qu'il fait de mieux : commenter, provoquer. Sur son blog, l'ancien ministre grec des Finances s'est livré à une analyse, ligne à ligne, du langage diplomatique européen. Sa plume trempée dans l'acide et l'ironie démonte ce qu'il considère comme un "nouveau traité de Versailles" imposé à son pays.

Alors qu'il était encore en fonction, Yanis Varoufakis avait réussi à se mettre à dos quasiment tous ses collègues de la zone euro avec son ton professoral. Seul Michel Sapin se refusait jusqu'à présent à critiquer son attitude. Mais même lui a fini par lâcher exaspéré, mercredi. "Je redirai, comme M. Tsipras : il a de la gueule, mais il n'est pas forcément un fin politique, ce Yanis Varoufakis. (...) Et malheureusement, il est un peu responsable de là où s'est trouvée la Grèce dans les négociations." Le ministre français des Finances n'a visiblement pas digéré d'avoir été accusé de s'être toujours soumis à la domination allemande malgré son point de vue divergent (en anglais).

Le nouveau post du blog de Yanis Varoufakis (en anglais) ne devrait rien arranger entre eux. Le Point.fr a traduit et décrypté les commentaires du professeur d'économie les plus révélateurs. Morceaux choisis.

Texte de l'accord  : "Le sommet de l'euro souligne la nécessité cruciale de rétablir la confiance avec les autorités grecques."

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • EuropeGa le vendredi 17 juil 2015 à 15:06

    Le franc c’est le peuple et l’état ; à l’inverse, la monnaie euro, c’est la BCE ! Sortons de l’euro, il y a danger !

  • EuropeGa le vendredi 17 juil 2015 à 15:06

    …/… Je préfère revenir au franc parce que le franc sera géré par la Banque de France, et je sais que la Banque de France ne fera jamais rien contre l’état français, car la Banque de France, c’est l’état.

  • EuropeGa le vendredi 17 juil 2015 à 15:06

    Le danger de l’euro, c’est la BCE. La BCE a en effet le pouvoir considérable d’assécher en liquidité tout un peuple dans le but de l’inciter à voter « dans le bon sens ». Assèchement artificiel bien sûr, après le vote l’assèchement est stoppé. De plus, la BCE a exercé cette violence contre l’avis express de l’état grec qui y était totalement opposé ! …/…

  • exmarot9 le jeudi 16 juil 2015 à 18:26

    avec sa moto, son casque, son T SHIRT et jean, il a du se croire le James dean de la grèce et le sauveur des finances grecques. On lui a vite fait comprendre que la politique c pas du cinema.

  • caogan77 le jeudi 16 juil 2015 à 17:51

    alors la les bras m'en tombe ! ce gars a été ministre !!!!!!!!! on comprend bien pourquoi la Grèce a des problèmes si les seuls ministres qu'elle peut s'offrir sont comme celui la ... des commentaires d'un gamin de 15 ans !

  • nono67 le jeudi 16 juil 2015 à 17:49

    comme beaucoup de marxiste " eduqué " il se sent superieur alors qu'il n'a rien prouvé de ses fumeuses théories . Jamais il ne pense aux autres peuples européens qui paient depuis 5 ans pour l'irresponsabilité des grecs et de leurs dirigeants successifs.

  • lorant21 le jeudi 16 juil 2015 à 17:30

    on pourra remarquer à quel point il a amélioré la situation de la Grèce en 6 mois..