Accor - Résultats Annuels 2009

le
0
Communiqué

PARIS, February 24, 2010 /PRNewswire/ -- Résultat avant impôt(1) 2009 de 448 millions d'euros en haut de l'objectif de 400 à 450 millions d'euros

Dividende de 1,05 euro par action proposé à l'assemblée générale du 29 juin 2010

Services Prépayés : résistance de la marge brute d'exploitation en dépit d'une conjoncture difficile

Hôtellerie : baisse limitée de la marge brute d'exploitation, grâce à la réalisation d'économies supérieures aux objectifs

- Résultat avant impôt et éléments non récurrents : 448 millions d'euros, en haut de l'objectif annoncé de 400 à 450 millions d'euros, en dépit de l'impact négatif de 39 millions d'euros lié à la dévaluation du Bolivar

- Baisse limitée de la marge brute d'exploitation de 1,5 point à 28,0 %

- Résultat net : - 282 millions d'euros, impacté par des dépréciations d'actifs et des charges de restructuration à hauteur de 514 millions d'euros

- Situation financière solide : MBA d'exploitation courante /dette nette retraitée à 20,0% (2) ; 2,5 MdsEUR de lignes de crédit confirmées non utilisées

    
    Résultats 2009

    (en millions d'euros)           2008(4) 2009   Variation   Variation
                                                     publiée     à pcc(3)
    Chiffre d'affaires             7 722   7 065       (8,5)%     (7,9)%
    Résultat brut d'exploitation   2 290   1 976      (13,7)%    (12,5)%
    Marge brute d'exploitation      29,7%   28,0%      (1,7) pt   (1,5) pt
    Résultat avant impôt       
    et éléments non récurrents       875     448      (48,9)%    (38,0)%
    Résultat courant après impôt     603     328      (45,6)%      n/a
    Résultat net, part du Groupe     575    (282)       n/a        n/a

(1) Résultat avant impôt et éléments non récurrents

(2) Marge brute d'exploitation courante retraitée / dette nette retraitée de l'actualisation à 8% des flux futurs des engagements de loyers fixes

(3) Pcc : à périmètre et change constants

(4) Ajustement relatif au programme de fidélité : impact de l'application de l'IFRIC 13 rétroactivement au 1er janvier 2008

- Un résultat avant impôt et éléments non récurrents à 448 millions d'euros

Le chiffre d'affaires consolidé de Accor s'établit à 7 065 millions d'euros, en diminution de 7,9% à périmètre et taux de change constants par rapport à l'année précédente et en recul de 8,5% en données publiées. Le chiffre d'affaires publié a été négativement impacté par une conjoncture économique difficile, par des cessions d'actifs (impact de 3,5%) et par les effets de change, qui ont pesé pour 1,4% sur le chiffre d'affaires du Groupe.

- La légère progression de 1,4% du chiffre d'affaires dans les Services Prépayés en données comparables (diminution de 3,6% en données publiées), dont +3,9% pour le chiffre d'affaires opérationnel, reflète les fondamentaux de croissance forts et durables de cette activité, en dépit d'une crise exceptionnellement forte en 2009 dans le monde. Le chiffre d'affaires financier est quant à lui impacté par la chute des taux d'intérêt (baisse de 15,0 % à périmètre et change constants).

- Dans l'Hôtellerie, le chiffre d'affaires diminue de 10,1% à périmètre et taux de change constants et recule de 9,8% en données publiées. Cette évolution met en évidence la meilleure résistance du segment économique en Europe au cours de 2009 et prend en compte une légère amélioration de l'activité en fin d'année. En 2009, le chiffre d'affaires du segment économique a décliné de 6,1%, l'hôtellerie haut et milieu de gamme est en recul de 11,5% et le segment économique aux Etats-Unis n'affiche pas de signe de reprise, en déclin de -13,8% sur l'année 2009.

Le résultat brut d'exploitation du Groupe s'établit à 1 976 millions d'euros. La marge brute d'exploitation représente 28,0% du chiffre d'affaires, en baisse de 1,7 point en données publiées et de 1,5 point en données comparables par rapport à 2008.

- Les Services Prépayés affichent une baisse limitée de la marge brute d'exploitation de 0,3 point en données comparables à 41,8%, confirmant la résistance de l'activité malgré la hausse du chômage et la chute des taux d'intérêt. Retraitée des produits financiers, la marge est en augmentation de 1,2 point en données comparables. La marge de résultat brut d'exploitation sur volume d'émission s'établit à 3,2% en Europe et 3,3% en Amérique Latine.

- L'Hôtellerie affiche une marge brute d'exploitation de 29,1% en 2009, en baisse de 2,6 points en données comparables. Hors effets de change et de périmètre, le recul limité de la marge dans les segments hôtellerie haut et milieu de gamme (-2,5 points dont -4,1 points sur le premier semestre et -1,0 point au deuxième semestre) et hôtellerie économique (-1,7 points dont -2,3 points sur le premier semestre et -1,1 point au deuxième semestre) a été possible par la mise en place de plans d'économies importants en 2009 tant dans les exploitations (165 millions d'euros versus un objectif de 150 millions) que dans les supports (87 millions d'euros versus un objectif de 80 millions d'euros). Dans l'hôtellerie haut et milieu de gamme, le taux de réactivité atteint 53,3%; dans l'hôtellerie économique, le taux de réactivité est de 37%. La marge de l'hôtellerie économique aux Etats-Unis continue à se dégrader, à -6,6 points sur 2009 en données comparables, le contexte économique demeurant très défavorable.

Le résultat avant impôt et éléments non récurrents atteint 448 millions d'euros en 2009, dans le haut de l'objectif annoncé le Groupe en août 2009 en dépit de l'impact négatif de -39 millions d'euros de dévaluation du Bolivar. Il est en baisse de 38,0% (en données comparables) dont -44,5% au premier semestre et -32,7% au second semestre.

- Un résultat net 2009 fortement impacté par les dépréciations d'actifs et les charges de restructuration

Le résultat net, part du Groupe, affiche une perte de 282 millions d'euros. Il prend en compte les éléments suivants :

- des dépréciations d'actifs à hauteur de 387 millions d'euros, dont 113 millions d'euros de dépréciations d'écart d'acquisition sur Motel 6 et 100 millions d'euros de dépréciation sur les actifs incorporels Kadeos.

- des charges de restructuration pour 127 millions d'euros.

Le résultat net par action est négatif à hauteur de -1,27 euros contre 2,60 euros en 2008 sur la base d'un nombre moyen pondéré d'actions en circulation au cours de l'année de 223 millions d'actions.

Le résultat courant après impôt, qui ne prend pas en compte ces éléments exceptionnels, s'établit à 328 millions d'euros en 2009, contre 603 millions d'euros en 2008. Le résultat courant après impôt par action s'établit à 1,47 euros en 2009, en baisse de 46% par rapport à 2008.

Le dividende ordinaire proposé à l'Assemblée Générale du 29 juin 2010 sera de 1,05 euro par action, soit un taux de distribution supérieur à 70% du résultat courant après impôt, contre 1,65 euro l'année précédente.

- Une situation financière solide

L'endettement net du Groupe s'établit à 1 624 millions d'euros au 31 décembre 2009. Les flux financiers de la période intègrent deux éléments exceptionnels que constitue l'acquisition de 15% du groupe Lucien Barrière pour 271 millions euros et le paiement (qui fait l'objet d'un appel en justice) d'un litige fiscal sur la société Compagnie Internationale des Wagons Lits (CIWLT) pour 242 millions d'euros. Retraité de ces deux éléments, les flux financiers de la période auraient été équilibrés.

Les éléments récurrents des flux financiers prennent en compte:

- des investissements sur actifs existants de 327 millions euros, conformes aux objectifs, en retrait de 161 millions d'euros par rapport à 2008 témoignant d'un contrôle des investissements.

- des investissements de développement de 495 millions d''euros (hors Put Groupe Lucien Barrière), en retrait de 596 millions d'euros par rapport à 2008.

- des cessions pour un montant de 363 millions d'euros, principalement liées à la poursuite de la politique de gestion des actifs immobiliers hôteliers du Groupe (216 hôtels pour un montant de 290 millions d'euros) en dépit d'un contexte particulièrement défavorable pour les transactions immobilières en 2009.

- des dividendes versés en 2009 qui s'élèvent à 396 millions d'euros.

Au 31 décembre 2009, Accor dispose de 2,5 milliards d'euros de lignes de crédit confirmées non utilisées et aucun refinancement majeur n'est prévu avant 2012.

Les principaux ratios financiers montrent la solidité financière du Groupe. Ainsi, le ratio d'endettement net rapporté aux fonds propres s'établit à 50% au 31 décembre 2009. Le ratio marge brute d'autofinancement/dette nette(1) retraitée atteint 20,0%.

La rentabilité des capitaux engagés du Groupe, mesurée par le ROCE(2) atteint 10,5% fin 2009 contre 14,1% à fin 2008.

(1) La marge brute d'autofinancement d'exploitation courante correspond aux flux de trésorerie des activités opérationnelles avant éléments non récurrents et variation du besoin en fonds de roulement. Le ratio de marge brute d'autofinancement d'exploitation courante sur dette nette retraitée est calculé selon la méthodologie des principales agences de notation, la dette nette étant retraitée de l'actualisation à 8% des flux futurs des loyers fixes, et la marge brute d'autofinancement de la composante amortissements sur ces loyers.

(2) Excédent brut d'exploitation des activités (EBITDA) rapporté à la valeur brute des immobilisations, augmenté du besoin en fonds de roulement.

Poursuite de la stratégie > dans un contexte de crise immobilière

A fin 2009, ont été ainsi restructurés 216 hôtels se traduisant par un impact de 360 millions d'euros sur la dette nette retraitée.

Le Groupe a réalisé sur le second semestre 2009 une transaction de > d'envergure, portant sur la cession des murs de 157 hotelF1, représentant 12 174 chambres. Cette opération a permis au Groupe de réduire son endettement net retraité de 214 millions d'euros en 2009.

Sur la totalité du parc à fin décembre 2009, 60% des chambres sont détenues en contrats de location variables, de gestion ou de franchise.

En février 2010, le Groupe a annoncé une nouvelle opération immobilière portant sur 5 hôtels (plus de 1 100 chambres) dans 4 pays européens avec le fonds d'investissement hôtelier de Invesco Real Estate. Cette transaction est constituée d'un contrat de > sur 4 hôtels sous enseigne Novotel et Mercure, et d'un contrat de > sur un hôtel sous enseigne Pullman. Cette opération immobilière représente un montant de 154 millions d'euros et aura un impact de 93 millions d'euros sur la dette nette retraitée en 2010.

Un développement hôtelier dynamique et adapté aux nouveaux enjeux

Pour optimiser ses résultats, Accor concentre ses investissements de développement sur le segment économique hors Etats-Unis et privilégie des formes de développement > pour le segment haut et milieu de gamme.

En 2009, le Groupe a ouvert plus de 27 300 chambres, pour plus de 80% dans les segments économiques et milieu de gamme et dans des modes de détention peu capitalistiques (contrats de loyers variables, gestion et franchise) pour 81% des ouvertures. La plupart des chambres ont été ouvertes dans des zones à fort potentiel, telles que l'Asie (35%) et l'Europe (32%).

A fin 2009, le pipeline compte environ 103 000 chambres, dont 50% dans les segments économique ou très économique et plus de 85% en mode peu capitalistique.

Tendances et perspectives 2010

- Hôtellerie :

Excepté dans l'hôtellerie économique aux Etats-Unis, on observe une stabilisation des taux d'occupation au mois de janvier 2010, en ligne avec la tendance observée au mois de décembre 2009. Ainsi, en Europe, dans l'hôtellerie haut et milieu de gamme, la variation du taux d'occupation en janvier est positive à +0,3 point (contre +0,4 point en décembre et -2,8 points en novembre). Dans l'hôtellerie économique en Europe, elle ressort à -2,2 points (contre -1,6 points en décembre et -5,2 points en novembre). La stabilisation des prix moyens intervient généralement 3 à 9 mois après la stabilisation des taux d'occupation.

- Services prépayés :

La poursuite de la hausse du chômage, en Europe, devrait encore impacter la croissance du chiffre d'affaires opérationnel, notamment sur le premier semestre 2010. Un environnement plus favorable est à attendre dans les pays émergents où la croissance de l'emploi salarié devrait permettre de dynamiser la croissance du chiffre d'affaires.

En ce qui concerne le chiffre d'affaires financier, celui-ci sera encore impacté négativement par la baisse des taux d'intérêt au premier semestre 2010. Une stabilisation est attendue pour le deuxième semestre 2010.

Prochains rendez-vous 2010

20 avril : Publication du chiffre d'affaires trimestriel T1

29 juin : Assemblée Générale Extraordinaire des Actionnaires

Accor, groupe mondial et leader européen dans l'hôtellerie, leader mondial dans les services prépayés, est présent dans près de 100 pays avec 150 000 collaborateurs. Il met au service de ses clients le savoir-faire acquis depuis plus de 40 ans dans ses deux grands métiers :

- l'Hôtellerie, avec les marques Sofitel, Pullman, MGallery, Novotel, Mercure, Suitehotel, Adagio, ibis, all seasons, Etap Hotel, Formule 1, hotelF1 et Motel 6, représentant 4100 hôtels et près de 500 000 chambres dans 90 pays, ainsi que ses activités complémentaires, Thalassa sea&spa, Lenôtre, CWL ;

- les Services Prépayés, 33 millions de personnes bénéficient dans 40 pays des prestations de Accor Services (avantages aux salariés et aux citoyens, récompenses et motivation, gestion des frais professionnels).

Accor

CONTACTS PRESSE: Armelle Volkringer, Directeur de la Communication et des Relations Extérieures, Tél. : +33-1-45-38-87-52 ; Charlotte Bourgeois-Cleary, Tél. : +33-1-45-38-84-84. CONTACTS RELATIONS INVESTISSEURS : Eliane Rouyer-Chevalier, Directeur Relations Investisseurs et Communication Financière, Tél. : +33-1-45-38-86-26, Solène Zammito, Directeur Adjoint Relations Investisseurs, Tél. : +33-1-45-38-86-33


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant