Accidents du travail : enquête sur le chantier de l'EPR 

le
0
Le gendarme du nucléaire vérifie si, comme l'indiquent la CGT et la CFDT, un quart des accidents du travail ont été sous-déclarés.

Le sujet est évidemment sensible, un mois après le début de la catastrophe de Fukushima. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) enquête sur une sous-déclaration d'accidents sur le chantier du nouveau réacteur EPR à Flamanville, dans la Manche, a indiqué jeudi Simon Huffeteau, chef de la division régionale de l'ASN à Caen.

L'ASN a ses propres inspecteurs du travail, dont l'un a entamé une enquête «il y a quelques semaines» et constaté «des écarts». Le gendarme du nucléaire vérifie si, comme l'indiquent la CGT et la CFDT, un quart des accidents du travail ont été sous-déclarés (un accident du travail pouvant aller du coup de marteau sur le doigt à un événement mortel). Une fois son enquête terminée, l'Autorité devrait transmettre «d'ici plusieurs semaines» le dossier à la justice, indique Simon Huffeteau. Le parquet de Cherbourg enquête déjà sur le décès d'un ouvrier intérimaire de 37 ans, survenu le 24 janvier après une chute de plusieurs mèt

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant