Accident vasculaire cérébral : prévenir la récidive

le
0
Une étude américaine montre que la prise en charge «agressive» après une première alerte permet de réduire les récidives. Le traitement de l'hypertension artérielle est fondamental.

Avec 120.000 à 150.000 cas par an en France, dont la moitié chez les plus de 70 ans, l'accident vasculaire cérébral (AVC) est responsable chaque année de 32.000 morts et d'autant de handicaps lourds. C'est la troisième cause de décès après les maladies cardio-vasculaires et les cancers, la deuxième cause de démence après la maladie d'Alzheimer. Prévenir cette maladie due le plus souvent à l'obstruction d'une artère irriguant le cerveau s'avère donc capital : avant l'AVC ou l'accident ischémique transitoire qui l'annonce en réduisant les facteurs de risques vasculaires. Mais aussi chez les patients après un premier AVC qui présentent dès lors un risque majeur de nouvel accident. Près de 80% des accidents vasculaires cérébraux résultent d'un infarctus cérébral provoqué par un thrombus dû une fois sur quatre aux plaques d'athérome qui rétrécissent le diamètre des artères cérébrales, mais parfois à une fibrillation auriculaire, un trouble du rythme ca

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant