Accalmie dans les combats à Gaza, tension israélo-américaine

le
2
ACCALMIE DANS LES COMBATS À GAZA, MAIS ISRAËL MAINTIENT SA LIGNE
ACCALMIE DANS LES COMBATS À GAZA, MAIS ISRAËL MAINTIENT SA LIGNE

par Nidal al-Mughrabi et Dan Williams

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - Israël ne voit pas la nécessité d'un nouveau cessez-le-feu dans le conflit avec les activistes de la bande de Gaza, a déclaré lundi un responsable gouvernement israélien, sur fond de tensions entre l'Etat hébreu et Washington concernant la médiation américaine destinée à ramener la paix.

Le cabinet de sécurité du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a tenu réunion jusque tard dans la nuit de dimanche à lundi pour débattre des propositions à l'étude, y compris celle d'une accentuation de l'offensive contre la bande de Gaza, qui a débuté le 8 juillet.

Les combats se sont quelque peu calmés dimanche, le Hamas disant accepter une trêve humanitaire de vingt-quatre heures, jusqu'à lundi 14h00 (11h00 GMT).

Interrogé par CNN sur l'annonce du Hamas, Benjamin Netanyahu a affirmé que le mouvement palestinien violait lui-même la trêve qu'il prétendait avoir acceptée.

"Le Hamas n'accepte même pas son propre cessez-le-feu, il continue à tirer sur nous alors que nous parlons", a-t-il dit. Israël "prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger son peuple", a ajouté Benjamin Netanyahu.

Plusieurs responsables israéliens, cités par les médias, s'en sont pris à un projet d'accord attribué au secrétaire d'Etat américain, John Kerry, le jugeant trop accommodant pour le Hamas.

SILENCE SUR LA REUNION DU CABINET DE SECURITE

Dans une conversation téléphonique qu'il a eue dimanche avec Benjamin Netanyahu, le président Barack Obama a exhorté Israël à observer un cessez-le-feu humanitaire sans condition, tout en ajoutant que "toute solution durable (...) doit se faire avec l'assurance que les groupes terroristes seront désarmés et Gaza démilitarisée".

Israël n'a pas répondu publiquement pour l'heure aux appels d'Obama et n'a pas fait savoir si des décisions avaient été prises, et lesquelles, lors de la réunion du cabinet de sécurité.

Mais un responsable gouvernemental, cité par Radio-Israël, a déclaré qu'"Il n'y a pas lieu d'instaurer d'autres cessez-le-feu. Que le Hamas commence d'abord par arrêter ces tirs!"

En Israël, 87% des personnes interrogées se déclarent favorables à la poursuite des opérations militaires jusqu'au renversement du Hamas, selon un sondage diffusé à la télévision.

Un soldat a été tué par un obus de mortier dans la nuit de samedi à dimanche, portant à 43 les pertes essuyées par Tsahal. Trois civils - deux Israéliens et un travailleur immigré thaïlandais - ont également péri dans des explosions de roquettes. Côté palestinien, le bilan dépasse les 1.000 morts - dont une majorité de civils.

D'après l'agence onusienne UNRWA, 167.000 personnes environ ont trouvé refuge dans les écoles et bâtiments qu'elle gère dans la bande de Gaza, à la suite des appels répétés lancés par l'armée israélienne à la population palestinienne pour qu'elle évacue des quartiers entiers.

(Simon Carraud et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Gauvin45 le lundi 28 juil 2014 à 11:54

    ouh la, vous allez vous attirez les foudres avec un raisonnement pareil

  • M9244933 le lundi 28 juil 2014 à 10:24

    Israël est mille fois plus puissant que les Palestiniens. Ce n'est que le plus fort qui puisse apporter un début de solution à ce conflit. En arrêtant de se moquer des gouvernements modérés de Palestiniens, en arrêtant de coloniser toujours plus, en donnant un peu d'espoir à un peuple chassé de la plus grande partie de son territoire, en arrêtant le blocus. Au lieu de les pousser dans les bras des extrémistes et leur terrorisme. Ils n'ont rien, ils n'ont rien à perdre.