Abus sexuels : Mgr Vingt-Trois encourage à porter plainte contre le père Anatrella

le
0
Abus sexuels : Mgr Vingt-Trois encourage à porter plainte contre le père Anatrella
Abus sexuels : Mgr Vingt-Trois encourage à porter plainte contre le père Anatrella

L'archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, encourage les personnes qui estiment avoir été victimes d'abus sexuels de la part de Mgr Tony Anatrella à porter plainte contre ce prélat, a indiqué son diocèse vendredi soir. Plusieurs médias ont fait état récemment de nouvelles accusations à l'encontre de ce prêtre du diocèse de Paris, alors que des affaires de pédophilie et d'agressions sexuelles minent l'Eglise de France depuis des semaines.

Personnage influent, parfois surnommé «l'analyste de l'Eglise» et considéré comme un spécialiste de l'adolescence, Tony Anatrella avait été associé à la rédaction de la brochure de la CEF «Lutter contre la pédophilie», publiée en 2003 et rééditée en 2010. Se présentant comme «psychanalyste et spécialiste en psychiatrie sociale», Tony Anatrella, 75 ans, qui sans être évêque bénéficie du titre de «Monseigneur», est un prélat influent jusqu'à Rome, où il est consulteur au Conseil pontifical pour la famille. Il est aussi chargé de mission sur les drogues et la toxicomanie auprès du Conseil pontifical pour la pastorale des services de santé.

Plusieurs témoignages contre le prêtre

Selon Mediapart, un homme l'accuse de lui avoir fait suivre à son cabinet parisien pendant 14 ans, jusqu'en 2011, une «étrange thérapie, qui s'est acheminée progressivement vers des touchers à travers les habits ou sur la peau et des masturbations»

Dans un communiqué diffusé vendredi par ses services, le cardinal Vingt-Trois indique bien avoir reçu via un prêtre «le témoignage écrit, mais anonyme, d'un patient majeur du Père Anatrella». Invitée à rencontrer l'official (juge ecclésiastique du diocèse), «cette personne n'a pas donné suite», relève l'archevêché.

Fin avril, un autre prêtre parisien a rencontré le cardinal Vingt-Trois «en disant connaître le témoignage d'autres personnes», selon le diocèse. «Ne pouvant agir sur la base de déclarations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant