Abus sexuels au sein de l'Eglise : une nouvelle affaire accablante

le , mis à jour à 07:45
1
Abus sexuels au sein de l'Eglise : une nouvelle affaire accablante
Abus sexuels au sein de l'Eglise : une nouvelle affaire accablante

Le mois dernier, lors d'une émission d'une radio chrétienne à l'occasion de carême, le père Bruno Houpert, curé de la paroisse Sainte-Blandine-du-Fleuve à Millery (Rhône), au sud de Lyon, répondait à la question : « Qu'est-ce que le péché ? » Son péché à lui, c'est d'avoir agressé sexuellement des étudiants, tous majeurs, à Rodez (Aveyron) il y a plusieurs années. Une faute grave visiblement pardonnée par les siens puisqu'il a été ensuite nommé curé dans le diocèse de Lyon. Cet homme d'Eglise, ordonné en 1988 et aujourd'hui âgé de 55 ans, a été condamné par le tribunal correctionnel de Rodez le 18 avril 2007 à dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve pendant trois ans. Il ne s'agit pas d'une affaire de pédophilie. Il a été jugé coupable d'agressions sexuelles commises sur quatre jeunes hommes, âgés de 20 à 32 ans, se destinant, notamment, au séminaire et résidant au foyer Saint-Pierre dont il était le responsable.

Il ne s'agit pas d'une affaire de pédophilie. Les victimes lui reprochaient des caresses déplacées. « Après sa condamnation, il a été en paroisse à Rodez, sous la vigilance des prêtres, et n'était pas en contact avec des jeunes. Son ministère était réduit mais il a continué de célébrer. Notre diocèse l'a accompagné progressivement vers une prise de conscience, il a été suivi par un psychologue », explique Bernard Quintard, vicaire général du diocèse de Rodez.

«Les évêques de Rodez et de Lyon ont parlé plusieurs fois de Bruno»

En 2008, le prêtre, ingénieur informaticien de profession, rejoint une communauté religieuse à Lyon. Il est ensuite vicaire avant d'être nommé curé. A l'archevêché de Lyon, on est au courant du passé judiciaire de l'ecclésiastique « condamné à une peine avec sursis ». Mais cela n'est pas incompatible avec une mission pastorale : « Il ne devait pas être en internat mais le juge d'application des peines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a 9 mois

    il n'y a pas pédophilie... ou est le problème ?