Abstention sur le budget : Filippetti et Hamon bousculent la majorité

le
2
Abstention sur le budget : Filippetti et Hamon bousculent la majorité
Abstention sur le budget : Filippetti et Hamon bousculent la majorité

«39, c'est trop !», a tempêté ce mercredi Jean-Christophe Cambadélis. Trente-neuf, c'est le nombre de députés socialistes qui se sont abstenus la veille pour voter le volet «recettes» du budget 2015. Le premier secrétaire du PS semble véritablement agacé par l'attitude des frondeurs et plus encore par deux d'entre eux : Aurélie Filippetti et Benoît Hamon. Invités des matinales, les deux anciens ministres ont défendu leur indépendance. «Je n'ai aucune leçon à recevoir de qui que ce soit», a notamment assuré l'ex-ministre de la Culture.

«J'ai été choqué hier (mardi)», a fait savoir Jean-Christophe Cambadélis. Et le patron du PS de rappeler : «Deux ministres de la République, qui ont quitté le gouvernement, se sont abstenus, il y a un problème éthique. (...) C'est une attitude déplorable pour moi», a-t-il lancé sans ménagement. «On ne peut accepter l'arbitrage au gouvernement, le trouver juste - ils n'ont pas démissionné - puis quand on en est sorti du gouvernement pour des raisons secondaires, en faire une question de distinction absolue avec la ligne gouvernementale», a continué de s'énerver le député de Paris. «Ce n'est pas loyal et ça ne donne pas une bonne image», a t-il estimé.

Interrogé sur l'éventualité que ses propos ne plaisent pas aux deux anciens ministres visés, le premier secrétaire du PS assume. Et veut se montrer serein : «La confiance, elle est là. Le texte a été adopté. Il n'y a pas de majorité contre, juste plus de majorité absolue. Ce n'est pas le premier gouvernement à qui ça arrive !»

«Aucune leçon à recevoir», estime Filippetti

L'ex-ministre Aurélie Filippetti a immédiatement répondu sur i>TELE aux remontrances du premier secrétaire du PS, déclarant n'avoir «aucune leçon à recevoir de qui que ce soit». «Je dois des comptes à mes électeurs et aux Français», a ajouté la députée de Moselle accusant Jean-Christophe Cambadélis «d'une part de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4896128 le mercredi 22 oct 2014 à 10:25

    La culture de la pensée unique et la pratique de la démocrature par ces gens qui sont les seuls à détenir la vérité! Ils n'ont de majorité qu'institutionnelle, celle que leur maintient ces institutions qu'ils ont tant critiquées lorsqu'ils étaient dans l'opposition...

  • jbellet le mercredi 22 oct 2014 à 09:55

    le voyou se permet de donner des leçons, commence par balayer devant ta porte