Abou Sayyaf fixe un ultimatum avant l'exécution d'otages

le
0
    MANILLE, 15 avril (Reuters) - Des combattants du groupe 
islamiste philippin Abou Sayyaf exigent le versement d'une 
rançon avant le 25 avril en contrepartie de la libération 
d'otages faute de quoi les captifs seront exécutés, montre une 
vidéo diffusée vendredi sur internet. 
    Les prisonniers, deux Canadiens, un Norvégien et une 
Philippine, ont été enlevés en septembre dans un complexe 
hôtelier situé sur une île méridionale. 
    Les otages sont semble-t-il retenus dans la jungle de Jolo, 
bastion du groupe Abou Sayyaf qui s'est rangé derrière l'Etat 
islamique en Syrie et en Irak. 
    Dans la vidéo, les prisonniers, menacés par des ravisseurs 
armés de machettes, réclament à leurs familles et leurs 
gouvernements le versement de 300 millions de pesos (5,76 
millions d'euros) par otage, un chiffre inférieur au milliard 
réclamé l'année dernière. 
    "C'est un ultimatum", dit un homme masqué. "Nous 
décapiterons sans doute l'un des quatre", a-t-il ajouté, fixant 
l'ultimatum au 25 avril, 15 heures. 
    Dans la vidéo diffusée sur Youtube, les otages étrangers 
demandent que leurs ravisseurs obtiennent ce qu'ils demandent. 
    "On me demande de vous dire que la rançon est de 300 
millions", dit un des hommes se présentant comme Robert Hall. 
    "J'en appelle tout particulièrement au gouvernement canadien 
qui, je le sais, peut nous sortir de là. Je me demande ce qu'ils 
attendent." 
    L'autre Canadien et le Norvégien s'expriment également pour 
demander de l'aide, contrairement à la Philippine qui n'a pas 
été autorisée à parler. 
    Cette vidéo est la quatrième diffusée par les combattants 
pour ce groupe d'otages. Dans la précédente, publiée le mois 
dernier, un ultimatum avait été fixé au 8 avril mais aucune 
rançon n'avait été évoquée. 
    Les combattants d'Abou Sayyaf détiennent d'autres étrangers, 
dont un Néerlandais, un Japonais, quatre Malaisiens et dix 
Indonésiens. 
 
 (Manuel Mogato,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant