ABN Amro-Bénéfices soutenus par la reprise de l'immobilier

le
1

AMSTERDAM, 22 août (Reuters) - ABN Amro ABRGPA.UL a fait état vendredi d'une hausse de son bénéfice récurrent au deuxième trimestre, soutenu par la reprise de l'économie et du marché de l'immobilier hollandais, mais une charge exceptionnelle est venue grever son bénéfice net. Le bénéfice récurrent de la banque nationalisée a augmenté de 47% à 322 millions d'euros à la faveur d'une baisse des crédits immobiliers non-performants. Le bénéfice net a de son côté considérablement diminué, tombant à 39 millions d'euros contre 402 millions un an auparavant en raison notamment d'un versement de 216 millions d'euros au nouveau régime de retraite à cotisations définies de la banque. Le secteur bancaire néerlandais a échappé à la faillite grâce à une intervention publique qui a coûté près de 40 milliards d'euros au contribuable pour sauver le bancassureur ING ING.AS , l'assureur Aegon AEGN.AS , le groupe financier SNS Reaal et ABN Amro. Le gouvernement souhaite reprivatiser ABN Amro, mais aucun calendrier n'a été fixé. La banque a indiqué que le volume de ses crédits immobiliers non-performants avait diminué de 164 millions d'euros à 342 millions. "Il est clair que le marché du logement repart. Il y a plus de transactions, plus de maisons qui sont vendues. Cela se traduit par une baisse des charges de dépréciation imputables au non remboursement de crédits immobiliers", a déclaré le directeur général Gerrit Zalm. Il a ajouté que la banque était en bonne voie pour atteindre les objectifs qu'elle s'est fixée pour 2017. Sur les six premiers mois de l'année, le rendement des fonds propres est ainsi ressorti à 10,1% contre 7,6% pour la période correspondante de 2013 et dans la fourchette de 9% à 12% que la banque entend atteindre à l'horizon 2017. Le produit net d'intérêt a progressé de 6% au deuxième trimestre tandis que le ratio d'exploitation s'est établi à 61%, très légèrement en-dessous de l'objectif retenu pour 2017. Le rendement des fonds propres a toutefois reculé au deuxième trimestre à 9,2% contre 10,9% au trimestre précédent. ABN Amro, qui a dit avoir une exposition négligeable sur la Russie, a toutefois prévenu que les tensions géopolitiques et la crise ukrainienne en particulier constituaient un risque pour ses performances à venir en raison de leurs conséquences potentielles sur l'économie hollandaise. (Thomas Escritt, Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Joanny)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cesarski le vendredi 22 aout 2014 à 11:32

    la crise pour qui?