Abidjan attend les arbitres africains

le
0
Une délégation de l'UA doit arriver en Côte d'Ivoire, après un week-end de troubles.

De notre envoyé spécial à Abidjan

La fumée âcre des pneus brûlés s'élève au-dessus du rond-point de la mairie d'Abobo. Tout le week-end, ce quartier d'Abidjan, fief du président élu Alassane Ouattara, a renoué avec la violence. Des camions, chargés de militaires fidèles à Laurent Gbagbo, passent lentement dans les rues. De temps à autre, un coup de feu claque. Samedi matin, les policiers sont violemment intervenus pour disperser un rassemblement des opposants au régime qui, depuis près de trois mois, tentent de chasser Laurent Gbagbo du pouvoir pour y installer Alassane Ouattara, le chef de l'État reconnu par la communauté internationale.

À Koumassi, à l'autre bout de la ville, la scène se répète: militaires, manifestants, tirs. Une carcasse de camion finit de se consumer. Dans un coin, un groupe de jeunes se cache. «Les gens de Gbagbo nous tuent et personne de dit rien», se plaint l'un d'eux. «Gbagbo dégage», hurle son voisin, tentant en vain de reprendre l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant