Abidal : "Offrir un sourire à des gamins malades, c'est ce qui me touche le plus"

le
0
Abidal : "Offrir un sourire à des gamins malades, c'est ce qui me touche le plus"
Abidal : "Offrir un sourire à des gamins malades, c'est ce qui me touche le plus"

En septembre 2013, avec l'aide indispensable de sa femme Hayet, Eric Abidal entame une aventure loin des terrains de foot et près des enfants qui ont besoin d'un sourire et d'un coup de pouce. Rencontre avec un homme aussi bon que le joueur de foot, dans les bureau de sa fondation.

Cela fait deux ans que ta fondation existe. Comme t'est venue l'idée de la créer ? En fait, avec mon épouse, nous avons toujours formé un couple de personnes généreuses avec les personnes les moins favorisées. Ensuite, le fait d'être passé par le chemin de la maladie m'a fait réaliser ce que je voulais faire, à savoir aider les gens. C'est mieux de connaître le sujet lorsque l'on vient en aide à quelqu'un. En l'occurrence, je sais ce qu'est le cancer. L'idée m'est donc venue après la maladie, mais nous avons pris le temps de préparer le projet, pour faire les choses bien.
Ca a été difficile de se lancer ? Oui, ça a été compliqué. D'abord, ça prend du temps, ce n'est pas quelque chose que l'on fait du jour au lendemain. Il a d'abord fallu trouver des locaux. On avait pensé commencer l'aventure à la maison mais finalement, on a choisi de ne pas mélanger la vie privée et la vie professionnelle. Du coup, on a trouvé des locaux pas loin de chez nous et de l'école de mes filles. Ca me permet d'avoir une certaine stabilité au quotidien car je viens au bureau le matin et le soir, je rentre chez moi, comme tout le monde !
Tu voyages beaucoup en Europe, afin d'être proche des enfants qui sont malades ? Oui. C'est toujours important de pouvoir se rendre dans les hôpitaux pour voir les enfants, leur parler, passer un moment avec les familles et leur expliquer mon histoire et mon parcours. Cela permet de donner de l'espoir non seulement aux enfants mais surtout aux parents. Le fait d'offrir un sourire à des gamins malades, c'est ce qui me touche le plus. Donner du bonheur, c'est la base de tout. Même si derrière, évidemment, il faut avoir des projets, et agir.
Comment fais-tu pour trouver des fonds ? C'est simple, au départ ce n'était que mon argent personnel (rires). Aujourd'hui, on va dire que j'apporte trois quarts du financement. J'ai eu la chance de pouvoir vivre de ma passion et gagner de l'argent. Aujourd'hui, cet argent m'aide à faire ce que j'ai envie de faire, comme aider les familles. On ne peut pas aider tout le monde, évidemment, donc on fait des projets, des conférences et c'est vrai qu'il y a beaucoup de personnes qui sont sensibles à la cause et qui participent, notamment avec des…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant