Abidal-Malouda, l'époque de la gauche caviar

le
0
Abidal-Malouda, l'époque de la gauche caviar
Abidal-Malouda, l'époque de la gauche caviar

Pendant trois saisons, Éric Abidal et Florent Malouda ont tenu le couloir gauche de l'Olympique lyonnais. Une période de succès pour Lyon, agrémenté d'une finale de Coupe du monde pour la France. À l'heure des retrouvailles entre Florent Malouda et le Stade Gerland, retour sur l'une des plus belles associations que la Ligue 1 ait connues.

Dimanche à 14h, Florent Malouda va de nouveau fouler la pelouse de Gerland, plus de sept ans après avoir quitté l'OL pour Chelsea. Un moment important pour le joueur, comme il l'a expliqué dans Tribune OL : "Revenir à Gerland, c'est toujours un événement par rapport à ce que j'ai vécu. Je ressens de la fierté et un sentiment de reconnaissance par rapport à ce club qui m'a fait confiance et permis de me révéler. L'OL m'a fait grandir et permis d'aller à Chelsea." Les supporters rhodaniens ne vont certes plus retrouver le joueur de couloir infatigable qu'il était, puisqu'à 34 ans, Malouda est désormais un vieux briscard replacé dans l'axe. L'occasion, malgré tout, de repenser avec nostalgie au duo qu'il formait avec Éric Abidal sur le flanc gauche lyonnais, entre 2004 et 2007.
Trois saisons de succès à Lyon
"C'est la meilleure paire que j'ai eue côté gauche dans ma carrière. Notre côté gauche à Lyon, c'était deux super gauchers et deux joueurs qui s'entendaient merveilleusement bien, ils se trouvaient les yeux fermés et étaient complices. En plus à droite, on avait aussi Réveillère, c'était costaud." Grégory Coupet a tenu les bois lyonnais de 1997 à 2008, il en a donc vu passer chez les Gones. Malgré tout, pour lui, la paire Abidal-Malouda restera ce qui se fait de mieux. Le premier a rejoint le club en 2004 en provenance de Lille, avant de partir à Barcelone contre 16 millions d'euros trois saisons plus tard. Le second a débarqué de Guingamp en 2003, révélé via son entente avec Didier Drogba, pour s'éclipser lui aussi en 2007, mais à Chelsea contre plus de 20 millions d'euros.

Entre-temps, les deux compères ont enchaîné trois saisons - pleines pour Malouda, légèrement entachées de blessures pour la seconde d'Abidal - et empilé les honneurs : Ligue 1 et Trophée des champions chaque année, plusieurs parcours européens et une carrière en Bleus. Quelques mois après un Euro 2004 tristounet, Abidal et Malouda arrivent dans le groupe France à quelques mois d'intervalle, mais n'en ressortent pas, devenant des piliers du bon parcours des Bleus au Mondial 2006. Le seul point noir de leur vie commune à Lyon : n'avoir jamais dépassé les quarts de la Ligue des champions, notamment en 2006 avec des buts tardifs de Pippo Inzaghi et Andrei Shevchenko, qui avaient...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant