Abidal-Giuly, comme on se retrouve

le
0
Abidal-Giuly, comme on se retrouve
Abidal-Giuly, comme on se retrouve

La préretraite a du bon. Prenez l'exemple de Ludovic Giuly ou d'Eric Abidal. Si le premier évolue désormais chez les amateurs dans son club d'enfance de Chasselay (CFA), le second est revenu à ses premiers amours du côté de Monaco cet été. Mais les deux hommes, au présent si différent, ont un passé commun qui frise le « copier-coller ». Lyon, Monaco, le FC Barcelone pour le milieu offensif, même chose dans le désordre pour le défenseur central qui a simplement ajouté Lille à son parcours professionnel. A l'heure des 16emes de finale de la Coupe de France, le sort a décidé de les réunir encore une fois mais l'un contre l'autre cette fois-ci. Dans une quinzaine de jours, le petit club du Rhône accueillera (on ne sait encore où !) le club de la Principauté. Pas de décor princier pour le coup mais un accueil à la hauteur de l'évènement. « C'est un rêve, a expliqué spontanément Dominique Giuly, le vice-président du club amateur et papa de Ludovic. C'est magnifique. Ce sera un peu dur parce qu'ils ont une très belle équipe. Mais pour nous, accueillir toutes ces stars dans un village de 2 300 habitants, c'est fabuleux. J'espère que le président nous laissera la recette puisque Monaco a un peu plus d'argent que nous. Mais je pense qu'ils vont le faire. »

Le dernier trophée de Monaco ? La Coupe de la Ligue en 2003

Du côté de Lyon, et notamment d'Eric Abidal, ce retour dans sa région natale sonne comme un rendez-vous tout particulier et l'occasion de recroiser certaines vieilles connaissances. « Etant natif de Lyon, c'est un tirage singulier pour moi, a expliqué le capitaine de l'ASM. Je connais bien le club de Chasselay et notamment le vice-président et le capitaine... qui jouait ici à l'époque. Maintenant il ne faut pas s'attendre à un match facile, ce sera aussi compliqué qu'à Vannes. Il devrait y avoir beaucoup d'engouement autour de cette rencontre dans la région lyonnaise. Il faudra tout faire pour continuer cette belle aventure dans cette Coupe de France qui est un objectif pour nous. » Claudio Ranieri a effectivement montré qu'il ne galvauderait aucune compétition cette saison. Les dirigeants russes veulent du résultat. Le plus vite sera le mieux. Le dernier trophée de l'ASM, la Coupe de la Ligue, remonte à 2003. Toute une éternité. Ce soir-là d'ailleurs, contre Sochaux, Giuly avait marqué un doublé avec le brassard de capitaine autour du bras.

Abidal : « Si je peux disputer cette rencontre, je lui dirai d'aller faire un petit tour derrière ! »

A cette époque, Eric Abidal était encore à Lille. Lyon et les trophées multiples arriveront à partir de 2004. « Ça arrive souvent qu'un joueur parte et se retrouve quelque temps après dans le camp adverse, se souvient l'international français. Ce sera spécial pour Ludo, certes il n'a rien à démontrer mais aura sûrement à c?ur de jouer ce match contre Monaco. Il a suffisamment d'expérience et de recul pour pouvoir motiver ses troupes. À nous d'être prêt car ce sera aussi un combat... » Un combat mais surtout un duel entre deux joueurs qui s'apprécient énormément. « Je l'ai eu au téléphone ce matin (mardi), il était content pour moi, j'étais content pour lui, a ajouté Abidal. On se retrouvera. On a rarement joué l'un contre l'autre. Et si je peux disputer cette rencontre, je lui dirai d'aller faire un petit tour derrière, de ne pas traîner dans mon secteur et de me laisser tranquille ! » Pas certain que ces deux amis se fassent le moindre cadeau dans un match d'une importance considérable pour leurs deux équipes. Quelque soit le verdict final, cette nouvelle rencontre est un formidable pied de nez au destin. Et prouve finalement que la retraite n'a pas encore totalement sonné pour Giuly et Abidal.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant