Aberdeen invite les spécialistes de l'immobilier à revoir leurs stratégies urbaines

le
0

(NEWSManagers.com) - Les plus grandes villes de la planète continuent d'attirer les investisseurs mais nombreux sont les spécialistes de l'immobilier qui manquent de discernement et investissent trop massivement dans le secteur des bureaux, selon une étude que vient de publier Aberdeen Asset Management (" How to invest in property in global " winning cities" " , août 2014).

Dans ce contexte, Aberdeen AM a mis au point une matrice d'analyse de ces plus grandes villes qui attribue des notes aux pays et à leurs principales villes afin de souligner les différences marquées qui existent entre toutes ces villes et la nécessité de structurer ses investissements en tenant compte de tous ces paramètres. C'est ainsi que Londres obtient d'excellentes notes, tout comme New York et Paris, qui occupent les deuxième et troisième places, ainsi que Tokyo et Sydney, alors que Shanghai et Mexico City font beaucoup moins bien.

De nombreux investisseurs se concentrent sur une seule stratégie : le secteur des bureaux alors que d'autres secteurs présentent de meilleures opportunités. " Les villes constituent d'excellents endroits pour les investisseurs iimmobiliers car leurs populations ont tendance à croître et à s'enrichir. Elles constituent des opportunités d'investissement particulièrement intéressantes lorsque les espaces sont classés en haut de gamme. Mais la plupart des investisseurs dans l'immobilier ne s'intéressent qu'aux bureaux alorsqu'il existe des options plus intéressantes dans les secteurs de l'immobilier résidentiel, retail, industriel ou encore dans la logistique" , explique John Danes, responsable de la recherche sur l'immobilier européen continental, cité dans un communiqué.

Des investisseurs de long terme et qui envisagent de prendre quelques risques supplémentaires pourraient notamment s'intéresser aux quartiers émergents dans les grandes villes, quartiers qui deviennent par la suite bien établis, estime John Danes. Exemples emblématiques, Canary Wharf à Londres ou encore Darling Harbour à Sydney, qui ont d'abord été des quartiers émergents avant de connaître leur notoriété actuelle.

La matrice d'analyse d'Aberdeen a pris en compte 196 pays et les a testés en termes de stabilité politique, liberté d'investissement, etc... pour retenir 80 pays définis comme investissables. Ensuite, 96 villes au sein de ces 80 pays ont été évaluées à l'aune d'un certain nombre de variables telles que, entre autres, la croissance économique, la qualité de la vie, les infrastructures, les contraintes d'approvisionnement afin de déterminer leurs perspectives d'investissement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant