Abdoulaye Doucouré : " Petit, j'excellais en français et histoire-géo "

le
0
Abdoulaye Doucouré : " Petit, j'excellais en français et histoire-géo "
Abdoulaye Doucouré : " Petit, j'excellais en français et histoire-géo "

Titulaire régulier à Rennes depuis trois ans, Abdoulaye Doucouré aurait pu partir en Premier League cet été. Mais le milieu franco-malien a préféré continuer de s'aguerrir en Ligue 1 plutôt que de palper des livres sterling. Entretien avec un mec de 23 ans, ancien délégué de classe, et ancien du conseil municipal des jeunes des Mureaux.

Gamin, paraît que tu faisais de la politique... Tout à fait (rires). On était pas mal d'élèves à se présenter et se faire élire comme conseillers municipaux des enfants aux Mureaux (dans les Yvelines, ndlr). On avait des réunions avec le maire et on proposait des idées pour le quartier. J'avais réussi à faire construire un terrain de foot dans mon quartier alors qu'on n'en avait pas. À la base, je suis quelqu'un qui aime parler avec les gens. Dans mon école, j'étais un petit leader, alors ce rôle me permettait d'aller au front. Je n'avais pas peur d'aller voir les grandes personnes pour leur exposer des problèmes. Et vu que j'adorais le foot, ma première idée a été de faire construire un terrain. Cela n'avait pas été dur à faire passer, on avait dû simplement monter un projet qui expliquait pourquoi il fallait un terrain à cet endroit. L'année suivante, c'était fait. C'est un petit terrain de five en synthétique, c'est nickel. Avant, on jouait dans l'herbe, avec des T-shirts pour faire les buts. Ce n'était pas top.

Tu étais du genre à te présenter pour être délégué de classe ? Ouais, c'était un peu ça. Je ne voulais pas forcément me présenter, mais à chaque fois, les autres me désignaient, car j'avais un peu d'aura. Je me débrouillais pas mal dans ces rôles-là. Pour le rôle de conseiller municipal, c'est pareil, on m'a poussé pour que j'ai le courage d'y aller.

En général, c'est pour les bons élèves, c'était ton cas ? Oui, j'étais plutôt un bon élève. Et de manière générale, je suis très curieux, j'aime bien m'intéresser à tout, poser des questions, savoir le pourquoi du comment. Et il y avait des matières où j'excellais, comme en français ou en histoire-géographie. J'étais à l'aise et je continue à m'intéresser à des sujets de sciences humaines.

C'est vrai que tes parents n'étaient pas chauds pour te laisser faire du foot au départ ? Oui. Il y avait une route à traverser entre chez moi et le stade, et mes parents ne voulaient pas que je la traverse tout seul. Au départ, c'est ça qui coinçait. Puis un grand du quartier est venu militer chez moi en disant que j'avais du talent, qu'il fallait me laisser jouer et que quelqu'un du quartier m'accompagnerait. À partir de là, mes parents m'ont…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant