ABCD de l'égalité : Hamon vise un objectif «plus ambitieux»

le
1
ABCD de l'égalité : Hamon vise un objectif «plus ambitieux»
ABCD de l'égalité : Hamon vise un objectif «plus ambitieux»

Généraliser ou pas les ABCD de l'égalité ? Benoît Hamon laisse entendre qu'il devrait adopter une position médiane, en intégrant les outils du dispositif au socle commun d'apprentissage, quitte à abandonner sa forme actuelle. Le ministre de l'Education interviendra officiellement début juillet pour faire connaître le sort réservé à cet ensemble de projets éducatifs expérimenté dans 200 écoles visant à lutter contre les stéréotypes filles-garçons.

La semaine dernière, «L'Express» avait annoncé l'enterrement de ce dispositif éreinté par la polémique. Un «article inexact sur le fond comme sur le forme», déplore Benoît Hamon, qui a nié mercredi sur France Culture tout «changement de stratégie». Contacté par Leparisien.fr, le ministère confirme une «clarification» en début de semaine prochaine.

Un principe intégré aux programmes

ABCD ou pas, le gouvernement souhaite toujours intégrer la lutte contre les inégalités filles-garçons à sa politique éducative, en s'appuyant sur cette «formidable expérimentation», selon les mots de Najat Vallaud-Belkacem, jeudi. Le gouvernement s'apprête à «passer à une autre phase que l'expérimentation», a assuré sur LCP la ministre qui doit s'entretenir avec son homologue à l'Education vendredi. 

Mais «on ne va pas s'attacher à l'enveloppe, on va passer à autre chose», explique un proche de Benoît Hamon à Europe 1. «Je regrette qu'on s'attache à l'enveloppe, au contenant, et pas au contenu», s'est d'ailleurs agacé le ministre sur France Culture. S'il tire un «bilan globalement positif» des ABCD, Benoît Hamon vise un objectif «plus ambitieux» en intégrant le principe de l'égalité filles-garçons dans les programmes des élèves.

Il faut «enraciner la culture de l'égalité filles-garçons», a martelé le ministre. «L'égalité filles-garçons ça s'apprend, ça doit figurer demain dans le socle», a-t-il insisté. Afin «que les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2941863 le mercredi 2 juil 2014 à 15:14

    Et tout ce matériel de débi.les va couter combien!?... il n'empechera jamais les stés d'embaucher des hommes plutot que des femmes, moi la première je n'embauchais pas de femme pour cause de congé maternité à rallonge...c'est aussi elles qui se créent des différences en faisant de l'absentéisme un droit.