Abbas accuse Israël de saper les efforts de paix américains

le
0

NATIONS UNIES, 30 septembre (Reuters) - Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est intervenu mercredi à la tribune des Nations unies pour accuser Israël de saboter les efforts américains d'une paix au Proche-Orient et a estimé que les opérations de sécurité menées sur l'Esplanade des mosquées pouvaient conduire à une guerre de religion. Dans sa déclaration avant que le drapeau palestinien soit hissé au siège de l'Onu, Mahmoud Abbas a annoncé que l'Autorité palestinienne ne se considérait plus comme liée par les accords d'Oslo conclus au milieu des années 90 et constituant les premiers jalons en vue d'un règlement du conflit israélo-palestinien. Abbas a répété ce que l'Autorité palestinienne affirme depuis plusieurs années: ces accords ne peuvent pas s'appliquer tant qu'Israël soutiendra les colonies de peuplement en Cisjordanie et refusera de libérer les prisonniers palestiniens. "Vous savez tous qu'Israël a sapé les efforts faits par l'administration du président Barack Obama au cours des dernières années, et plus récemment les efforts du secrétaire d'Etat John Kerry destinés à parvenir à un accord de paix grâce à des négociations", a-t-il déclaré devant l'Assemblée générale. "Nous sommes déterminés à préserver l'unité de notre pays et de notre peuple", a-t-il poursuivi. "Nous cherchons à constituer un gouvernement d'union nationale capable de fonctionner dans le cadre du programme de l'Organisation de libération de la Palestine et nous essayons d'organiser des élections législatives et présidentielle". Les services du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont jugé que les propos de Mahmoud Abbas étaient "trompeurs et qu'ils encourageaient à la révolte et à l'illégalité au Proche-Orient" Les tensions entre Israéliens et Palestiniens se sont vivement accrues au cours des dernières semaines, les Palestiniens accusant les forces de l'ordre israéliennes d'interventions perçues comme des violations sur l'Esplanade des mosquées à Jérusalem-Est. Le recours "à la force brutale" par Israël sur ce lieu saint, a prévenu Mahmoud Abbas, pourrait "transformer le conflit politique en un conflit religieux, créant une situation explosive à Jérusalem et dans le reste des territoires palestiniens occupés". (Louis Charbonneau et Hugh Bronstein; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant