ABB fait obstacle à Cevian en conservant Power Grids

le
0
 (Actualisé avec des précisions, citations, cours de Bourse) 
    par John Revill 
    ZURICH, 4 octobre (Reuters) - ABB  ABBN.S  a décidé mardi de 
conserver sa division Power Grids, faisant ainsi barrage aux 
souhaits de l'investisseur activiste suédois Cevian, et a 
annoncé un projet de rachat de titres de trois milliards de 
dollars (2,7 milliards d'euros) à partir de l'an prochain et 
jusqu'en 2019.  
    Cette décision très attendue du groupe d'ingénierie suisse a 
déçu Cevian Capital, son deuxième actionnaire, qui voulait la 
scission de cette division valorisée 11,6 milliards de dollars 
(10,3 milliards d'euros), alors qu'au contraire le fonds 
Investor  INVEb.ST , premier actionnaire, ne voulait pas d'une 
telle séparation. 
    ABB a dit avoir fait ce choix pour tirer parti de nouvelles 
opportunités telles que les réseaux intelligents et de nouveaux 
débouchés dans les énergies renouvelables. Ce qui n'a pas du 
tout convaincu Cevian, propriétaire de 6,2% du capital. 
    "ABB est un regroupement d'entreprises de premier plan dont 
la performance est entravée depuis des années par sa structure 
de conglomérat", a déclaré Christer Gardell, associé 
co-fondateur de Cevian. 
    De l'avis du fonds suédois, la scission permettrait de créer 
deux sociétés au cours de Bourse combiné de 35 francs suisses 
(32 euros). 
    "Le conseil a décidé de conserver la structure de 
conglomérat. C'est une décision malheureuse à notre avis. Le 
conseil et la direction auront la responsabilité de réaliser 35 
francs", a ajouté Gardell. 
    L'action ABB gagnait un peu plus de 1% à 22,21 francs en 
Bourse de Zurich dans l'après-midi. Elle reste à la traîne de 
concurrents tels que General Electric  GE.N , Siemens  SIEGn.DE  
ou Legrand  LEGD.PA  depuis cinq ans.  
    Ulrich Spiesshofer, le directeur général d'ABB, a dit, sans 
autre précision, qu'il avait eu une conservation "amicale et 
ouverte" avec Cevian dans la matinée. "Cevian et ABB ont 
beaucoup en commun", a-t-il déclaré à la presse. "Nous serons à 
la source d'une grande création de valeur pour nos 
actionnaires". 
    Erik Elzvik, le directeur financier d'ABB, estime qu'il est 
possible d'arriver à un cours de l'action de 35 francs mais il 
n'a pas dit à quelle échéance. 
    Power Grids, qui fabrique des pièces pour les turbines 
d'éoliennes offshore, est la division la moins rentable d'ABB en 
raison notamment de sa participation à des projets à faible 
marge. La concurrence a en outre débouché sur une baisse des 
prix de matériels tels que les transformateurs, et par 
contrecoup des marges. 
    Sa rentabilité s'est améliorée cette année par le partage du 
risque entre associés et par un recentrage sur les produits 
plutôt que sur l'ingénierie et les services dans le bâtiment en 
particulier. 
    Nordea  NDA.ST , un autre actionnaire d'ABB, juge que le 
maintien de Power Grid oblige a fortiori la direction à 
améliorer la performance.  
    "Puisqu'elle a décidé de la garder, elle est d'autant plus 
obligée d'en montrer les avantages, de réaliser une croissance 
plus soutenue et une rentabilité meilleure que la concurrence", 
constate John Hernander, gérant de Nordea Asset Management. 
    ABB a enfin relevé l'objectif de marge de Power Grids à 
10-14% à partir de 2018 contre 8% à 12% précédemment, comptant 
l'atteindre en se concentrant sur les services et logiciels de 
consultant, activités à forte marge.  
 
 (Patrick Vignal et Wilfrid Exbrayat pour le service français, 
édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant