ABB avertit à son tour sur ses résultats

le
2
LA DIVISION ÉNERGIE D'ABB N'ATTEINDRA PAS SES OBJECTIFS
LA DIVISION ÉNERGIE D'ABB N'ATTEINDRA PAS SES OBJECTIFS

par Katharina Bart

ZURICH (Reuters) - ABB a annoncé mercredi que son bénéfice net du quatrième trimestre serait sensiblement en-dessous des attentes des analystes financiers en raison du peu de commandes engrangées par sa division énergie et d'un report de projets éoliens en mer du Nord.

Cet avertissement sur résultats du groupe suisse, lancé au lendemain de celui du français Alstom, pèse sur le titre ABB, qui cédait vers 12h10 4,5% à 23,11 francs, accusant la plus forte baisse de l'indice Euro Stoxx 50.

ABB, numéro un mondial des moteurs industriels et des réseaux électriques, a précisé que sa division énergie passerait une charge de 260 millions de dollars au quatrième trimestre.

Cette charge, liée à des retards de projets éoliens provoqués par les récentes tempêtes en mer du Nord et à des coûts de restructuration, ramène ainsi son estimation de bénéfice net pour les trois derniers mois de l'année à 525 millions de dollars.

Les analystes financiers anticipaient jusqu'ici 924 millions, selon des données Thomson Reuters.

"Alors que les performances de quatre divisions ont été conformes à nos attentes pendant le quatrième trimestre, les difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans les systèmes d'énergie sont décevants", déclare Ulrich Spiesshofer, directeur général d'ABB, cité dans un communiqué.

Il ajoute que le groupe "faisait toujours le constat d'incertitudes sur le marché de l'énergie", en raison notamment d'une réglementation plus stricte et de reports de projets.

Ulrich Spiesshofer a ensuite dit devant des investisseurs que la toute nouvelle direction de la division énergie ferait état de ses orientations et objectifs lors de la présentation des résultats annuels d'ABB, prévue le 13 février.

PAS DE GROSSES COMMANDES

Cet avertissement sur le résultat d'une des divisions d'ABB vient un jour après qu'Alstom a abaissé mardi ses prévisions de marge et de trésorerie en raison de la faiblesse persistante du marché des nouvelles centrales thermiques.

ABB a précisé que sa division énergie, en plus de l'impact des tempêtes sur les projets, devait également régler des "problèmes opérationnels".

Comme ses rivaux Schneider et Siemens, le groupe doit composer avec une pénurie de grands contrats, les grands clients industriels comprimant les dépenses depuis plusieurs années en raison de la faiblesse de la conjoncture mondiale.

"C'est un revers pour ABB dans sa volonté de redresser la division énergie", a noté Michael Studer, analyste chez Bank J. Safra Sarasin.

ABB a récemment dit qu'il voulait développer ses activités de services afin d'être soumis aux aléas des cycles économiques.

Le prix des gros de l'énergie a chuté ces dernières années en raison d'un phénomène de surcapacités en Europe à la suite de la baisse de la demande induite par la crise.

En outre, du charbon américain bon marché a afflué en Europe, ce qui a porté un coup rude à la compétitivité des centrales thermiques.

Sur les 18 derniers mois, les groupes de services aux collectivités européens ont mis à l'arrêt, voire ferme, plus de 21 gigawatts de capacités, les "utilities" se concentrant sur d'autres sources de revenus comme les énergies renouvelables.

Benoît Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marshaka le mercredi 22 jan 2014 à 09:33

    Belle reprise economique

  • gvigner3 le mercredi 22 jan 2014 à 08:52

    Un regroupement Européen de ces industries serait souhaitable -NON?? curieux de voir la hauteur de la chute d' ABB ce matin!