Abattoirs : Stéphane Le Foll toujours réticent à la vidéosurveillance

le
6
Abattoirs : Stéphane Le Foll toujours réticent à la vidéosurveillance
Abattoirs : Stéphane Le Foll toujours réticent à la vidéosurveillance

Alors que l'association L124 a révélé mercredi, dans le journal Le Monde, de nouvelles images de maltraitance dans deux abattoirs de l'Hérault et du Mercantour, le ministère de l’Agriculture a publié, vendredi,  le bilan de contrôles organisés en avril après les polémiques suscitées par des vidéos chocs. 

 

Si trois établissements sur les 259 ont été fermés après ces inspections, Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture a rappelé ce samedi sur Europe 1 qu'il n'était «pas à priori favorable» à la vidéosurveillance dans les abattoirs. Une question qui divise le secteur secoué par des scandales à répétition de maltraitance des animaux. A l'inverse, le rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs, le député (DVG) de Charente-Maritime Olivier Falorni, s'est prononcé en faveur de la vidéosurveillance.

Stéphane Le Foll sur Europe 1

 

 «Il y a des choses faites depuis des années et qui vont dans le bon sens, mais on laisse aussi des négligences s'installer et qu'on ne peut pas accepter», a reconnu le ministre. «On doit obliger les abattoirs à respecter la réglementation et à faire en sorte que l'ensemble des abattoirs assument la responsabilité du bien-être animal. Mais le constat qui a aussi été fait est qu'une large majorité des abattoirs fonctionnent bien.»

 

«On sait que les cadences et les vitesses auxquelles peuvent aller les chaînes sont aussi des éléments qui peuvent avoir un impact sur la capacité qu'ont les salariés à pouvoir respecter l'ensemble des règles», a souligné le ministre de 'agriculture qui compte sur les conclusions de la commission d'enquête parlementaire en septembre.

 

«On fera le mieux, à la fois pour respecter les personnes, les salariés, et en même temps garder comme objectif le bien-être animal et le respect de toutes les règles», a-t-il ajouté. 

 

Si syndicats agricoles ont demandé jeudi un droit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pylenoir il y a 11 mois

    Le + grand scandale est les conditions d'abattage des animaux pour qu'ils répondent à des règlements religieux.

  • pylenoir il y a 11 mois

    @nicolax la déclaration de la CGT résume à peu près le niveau de respect pour la vie animale par la CGT.

  • nayara10 il y a 11 mois

    Les rites religieux sont au dessus des lois de la République ....Conforme aux lois de l'UE....CQFD...Monsieur le Ministre...

  • sergoo il y a 11 mois

    BOYCOTTONS LA VIANDE. Je suis en colère

  • nicolax il y a 11 mois

    La CGT avait jugé "irresponsable" les plaintes de L124 car ca risquait de faire perdre des emplois dans les abattoirs... Ca resume à peu près le niveau de respect pour la vie animale en France.

  • jmlhomme il y a 11 mois

    Voilà l'irresponsabilité.... Les salariés peuvent ne pas pouvoir respecter le rythme pour respecter la souffrance animale... Et il pense cela..... si oui il faut le virer.... Il n'a pas le sens de la Vie. Pour lui pas besion de surveillance des lors qu'il dit cela