Abattoirs GAD : une filiale d'Intermarché propose de reprendre 70% des salariés

le
0
Abattoirs GAD : une filiale d'Intermarché propose de reprendre 70% des salariés
Abattoirs GAD : une filiale d'Intermarché propose de reprendre 70% des salariés

Enfin de l'espoir pour les salariés de l'abattoir GAD. La SVA Jean Rozé, filiale d'Intermarché, a amélioré son offre de reprise de l'abattoir de porcs à Josselin (Morbihan), en liquidation judiciaire, prévoyant de reprendre 530 postes sur 755, soit 23 de plus qu'annoncé précédemment, a-t-on appris ce jeudi de source syndicale.

En outre, la SVA Jean-Rozé a proposé d'ouvrir une «bourse» de 123 emplois au sein des usines du groupe Intermarché dans l'Ouest, offrant ainsi des possibilités de reclassement aux salariés de l'abattoir morbihannais qui seraient concernés par la restructuration. Ces offres s'ajoutent aux quelque 155 postes de reclassement proposés en tout par le groupe coopératif morbihannais Cecab, dont dépend Gad SAS.

«A notre demande, la SVA a revu son offre à la hausse et a ouvert une bourse d'emplois» au sein d'Intermarché,  a expliqué Patrick Piguel, représentant CFDT, venu à Rennes pour un comité central d'entreprise (CCE) de Gad SAS.

Selon ce responsable syndical, la SVA Jean-Rozé reprendrait 530 salariés de l'abattoir morbihannais, au lieu de 507 dans l'offre présentée le 25 septembre dernier. «C'est positif, d'autant plus que c'est nous qui l'avions demandé», a-t-il estimé.

Confronté à des problèmes de trésorerie, le groupe breton Gad SAS, spécialisé dans l'abattage et la transformation de porcs a été placé le 11 septembre en liquidation judiciaire avec une poursuite d'activité de trois mois, ouvrant la voie à des offres de reprise qui seront examinées lundi par le tribunal de commerce de Rennes.

Gad SAS : liquidation judiciaire avec poursuite d'activité

Les sites finistériens toujours sans repreneur

Concernant les deux sites finistériens de Gad SAS fonctionnant encore à Lampaul-Guimiliau et représentant 71 emplois au total, l'unité «salé fumé» et ses 58 employés n'avait toujours pas fait l'objet d'une offre jeudi, a-t-on indiqué de source syndicale.

Et le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant