Abattoirs Gad : le sort d'un millier de salariés entre les mains de la justice

le
0
Abattoirs Gad : le sort d'un millier de salariés entre les mains de la justice
Abattoirs Gad : le sort d'un millier de salariés entre les mains de la justice

La voie de la liquidation judiciaire semble se confirmer pour les 950 salariés de l'abattoir Gad à Josselin (Morbihan). A l'issue de deux heures de réunion en comité d'entreprise, ce vendredi, l'un des représentants syndicaux a assuré qu'une requête de mise en liquidation avait d'ores et déjà été déposée par la direction auprès du tribunal de commerce de Rennes (Ille-et-Vilaine).

Une coopérative actionnaire majoritaire de l'abattoir, la Cecab, a «formellement contesté» cette information, affirmant que le dossier serait déposé auprès du tribunal «au cours de la semaine prochaine». Une audience devant le tribunal de commerce doit intervenir «dans les premiers jours de septembre», selon Patrick Piguel, délégué CFDT.  

Ce vendredi, les représentants de salariés ont émis « un avis négatif (lors de la réunion) et espère maintenant qu'une offre de reprise sera faite au plus vite (...)», a commenté Annick Le Guével, déléguée CFDT. Dans un communiqué, la direction a justifié sa requête comme «une étape technique et juridique nécessaire pour la finalisation d'un projet de reprise de l'activité de Gad», seul à-même de «pérenniser l'activité» de l'abattoir.

Intermarché, seul repreneur potentiel

C'est surtout l'offre de reprise qui est attendue. Alors que le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a rassuré les salariés morbihannais lors d'un entretien du 19 août dernier, où il leur avait annoncé que la proposition de reprise du groupe Intermarché, très attendue, devrait intervenir d'ici «10 à 15 jours».  

Une annonce tempérée par les déclarations de la filiale «abattoirs» d'Intermarché, la SVA Jean Rozé, en Île-et-Vilaine, qui a estimé dans un communiqué publié mercredi dernier qu'il était «prématuré de considérer qu'une offre ferme de reprise (serait) prochainement déposée».

L'inquiétude des salariés est d'autant plus grande qu'Intermarché est à ce jour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant