Abattoirs : deux nouveaux cas de maltraitance animale à Pézenas et à Puget-Théniers

le
0
Capture d'écran des images tournées en caméra cachée par l'association L214.
Capture d'écran des images tournées en caméra cachée par l'association L214.

Rebelote. En l'espace de huit mois, l'association L214 aura divulgué quatre cas de maltraitance animale dans des abattoirs français. Cette fois, deux établissements à taille humaine sont épinglés : ceux de Pézenas (Hérault) et du Mercantour, à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes). Filmées en caméra cachée entre novembre 2015 et fin mai 2016, des images effroyables, commentées par l'humoriste Rémi Gaillard et diffusées en exclusivité sur le site du 

Monde

, présentent des actes de cruauté manifeste à l'encontre de bovins, de moutons, de cochons et de chevaux. Ces scènes indignes ont incité les membres de l'organisation de défense des animaux à déposer une plainte devant les tribunaux de grande instance de Béziers et de Nice mercredi 29 juin.

« Deux abattoirs, une même horreur. » Voici comment l'association L214, qui rêve d'un monde sans viande, qualifie les pratiques des opérateurs. Dans l'abattoir du Mercantour, un veau en partie décapité s'efforce, pendant deux minutes entières, de se relever avec difficulté. La vidéo montre aussi un mouton égorgé en train de s'échapper. Autant de situations absurdes survenues faute de dispositifs d'étourdissement performants. « Les conditions d'abattages des bovins [y] sont moyenâgeuses, écrit la L214. La mentonnière du tonneau d'abattage est tenue par une ficelle, les employés doivent immobiliser la tête des veaux à l'aide d'une corde...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant