Abattoirs AIM : les salariés plutôt rassurés par les «engagements» de l'Etat

le
0
Abattoirs AIM : les salariés plutôt rassurés par les «engagements» de l'Etat
Abattoirs AIM : les salariés plutôt rassurés par les «engagements» de l'Etat

La table ronde sur les abattoirs en difficulté AIM jeudi au ministère de l'Agriculture, s'est conclue sur une note «plutôt positive», selon la CGT, qui évoque des «engagements» de l'Etat et de l'actionnaire, et une «piste sérieuse» pour la reprise du principal site, situé en Normandie. Plus tôt dans la journée, environ 150 salariés venus de Sainte-Cécile (Manche), siège et plus grand abattoir d'AIM employant quelque 400 personnes, avaient manifesté aux abords du ministère de la rue de Varenne (VIIe arr.) pour la défense de leurs emplois.

«On veut du travail!», «On se battra jusqu'à la fin», «Dehors Cap 50» : défendant leurs emplois menacés, depuis le redressement judiciaire d'AIM entamé début janvier, les manifestants ont lancé des slogans hostiles à leur actionnaire, sous le regard des gendarmes mobiles qui leur bloquaient l'accès au ministère de la rue de Varenne (VIIe arr.).

Près de 500 postes sur les 600 que compte le groupe sont menacés faute de repreneur pour l'entreprise normande, détenue par la coopérative des éleveurs de porcs de Cap 50. L'abattoir de Sainte-Cécile risque en effet de fermer après le retrait lundi d'une offre pour ce site qui aurait repris 118 personnes.

«une piste sérieuse»

Mais «une piste sérieuse» a été évoquée jeudi par les différents acteurs présents au ministère, sans que le nom du potentiel repreneur n'ait été communiqué, a indiqué Aurélie Balleroy, déléguée CGT à Sainte-Cécile. Un industriel était également présent autour de la table des négociations, lié «à un dossier qui a été retiré» auparavant, a-t-elle glissé, préférant taire le nom de l'intéressé.

En outre, les discussions ont débouché sur «des engagements» de la part de l'Etat et de l'actionnaire pour faciliter les négociations autour de la reprise de l'entreprise, selon Aurélie Balleroy.

Cap 50, qui cumule les fonctions d'actionnaire et de fournisseur pour AIM, s'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant