Abandon des poursuites contre l'infante Cristina en Espagne

le
1
LES POURSUITES CONTRE L'INFANTE CRISTINA ABANDONNÉES EN ESPAGNE
LES POURSUITES CONTRE L'INFANTE CRISTINA ABANDONNÉES EN ESPAGNE

MADRID (Reuters) - La justice espagnole a abandonné mardi les charges retenues contre l'infante Cristina, estimant qu'il n'y avait pas suffisamment d'éléments à charge contre la fille du roi Juan Carlos dans l'affaire de détournement de fonds impliquant son mari.

Cristina avait été inculpée le mois dernier dans cette affaire de corruption impliquant son mari Inaki Urdangarin, accusé de fraude, d'évasion fiscale, de falsification de documents et détournement de 6 millions d'euros de fonds publics lorsqu'il était à la tête de la fondation caritative Noos.

Elle était ainsi devenue le premier membre de la famille royale espagnole à être poursuivi par la justice depuis le retour d'exil de Juan Carlos en 1975.

La décision rendue mardi par la Haute Cour de Palma de Majorque, saisie par le parquet, casse l'inculpation prononcée début avril par le magistrat instructeur Jose Castro.

En Espagne, le parquet est autorisé à enquêter au même titre que le juge instructeur. Il avait fait appel des accusations retenues contre l'infante, qui est âgée de 47 ans.

Ces charges pourront néanmoins être rétablies en cas de nouveaux éléments de preuves, a déclaré la Haute Cour.

Le juge Castro a inculpé l'infante Cristina après avoir estimé posséder suffisamment de preuves montrant que la princesse s'était au minimum rendue complice de son mari.

Inaki Urdangarin, ancien joueur de handball professionnel, est accusé d'avoir utilisé ses puissantes relations afin de remporter des contrats publics pour organiser des événements sur l'île de Majorque et ailleurs en Espagne.

Sonya Dowsett; Pierre Sérisier et Hélène Duvigneau pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.