AB InBev espère vendre Grolsch et Peroni d'ici mars-sources

le
0
    par Pamela Barbaglia et Martinne Geller 
    LONDRES, 17 décembre (Reuters) - Anheuser-Busch InBev 
 ABI.BR  espère conclure dans les trois mois la vente des 
marques de bière Grolsch et Peroni afin d'obtenir le feu vert 
des autorités de la concurrence à son projet de rachat de 
SABMiller  SAB.L , a-t-on appris auprès de sources proches du 
processus. 
    Ces deux marques de SABMiller pourraient valoir ensemble 
jusqu'à 1,8 milliard d'euros, ont-elles précisé, en ajoutant que 
des contacts seraient pris dès vendredi. 
     AB Inbev, le premier brasseur mondial, a lancé le 11 
novembre son offre amicale de près de 100 milliards d'euros sur 
SABMiller et conclu parallèlement la vente de la participation 
de 58% de celui-ci dans la coentreprise américaine MillerCoors 
pour 12 milliards de dollars (11,1 milliards d'euros), déjà pour 
faciliter l'aval des autorités.  ID:nL8N1361XG . 
    AB Inbev, basé en Belgique, possède en Europe Corona et 
Stella Artois, deux marques "premium" comme Peroni et Grolsch. 
    Ces deux dernières génèrent ensemble un résultat avant 
intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) de 
120-150 millions d'euros et pourraient être valorisées autour de 
12 fois leur Ebitda, ont dit les sources. 
    Les conseils financiers d'AB Inbev, Lazard  LAZ.N  et 
Deutsche Bank  DBKGn.DE , communiqueront vendredi des 
informations préliminaires aux parties intéressées, ont-elles 
ajouté. Ces dernières seront invitées à soumettre des offres non 
contraignantes pour la mi-janvier et AB Inbev espère conclure le 
processus d'ici début mars. 
    "Dans ce dossier, tenir le calendrier est plus important que 
de maximiser la valeur", a dit une sources. 
    Cet empressement devrait favoriser des sociétés de 
capital-investissement plus promptes à abattre leurs cartes que 
les industriels du secteur qui devront auparavant évaluer 
l'impact de l'acquisition en termes de concurrence.  
    AB InBev s'est engagé à verser une indemnité de rupture de 
trois milliards de dollars à SABMiller en cas d'échec du projet 
de fusion. 
    Les deux brasseurs, ainsi que Lazard et Deutsche Bank, n'ont 
pas souhaité commenter ces informations. 
    Les fonds américains de capital-investissement KKR  KKR.N , 
Bain Capital et TPG  TPG.L  ont déjà manifesté leur intérêt pour 
les marques mises en vente par AB InBev, qui comprennent aussi 
la bière artisanale Meantime. Les fonds européens PAI Partners, 
BC Partners  BCPRT.UL , Cinven  CINV.UL  et Permira sont 
également sur les rangs, selon les sources. 
    KKR connaît bien AB InBev pour lui avoir racheté le brasseur 
coréen Oriental Brewery en 2009 pour 1,8 milliard de dollars, 
dans la foulée de l'acquisition d'Anheuser-Busch par InBev. AB 
InBev lui a repris l'affaire en 2014 pour 5,8 milliards. 
    S'agissant d'acquéreurs du secteur, Heineken  HEIN.AS  
risquerait des ennuis avec les autorités de la concurrence et 
Carlsberg  CARLb.CO  manque de moyens pour une grosse opération 
de croissance externe, ont poursuivi les sources. L'une d'elles 
n'a pas exclu cependant la possibilité d'un tandem réunissant un 
investisseur financier et un industriel. 
    Le japonais Asahi Group Holdings  2502.T  et l'espagnol 
Mahou-San Miguel Group font aussi figure de prétendants 
potentiels. 
    Peroni, marque italienne vendue depuis 1846, fait partie de 
SABMiller depuis 2003. Elle est principalement vendue au 
Royaume-Uni et en Italie alors que Grolsch, reconnaissable à ses 
bouchons flip-top, a pour principal marché les Pays-Bas. 
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu mercredi auprès des 
différents fonds et groupes cités. 
 
 (Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant