AB Inbev confiant pour 2014 après un solide 4e trimestre

le
0
AB INBEV CONFIANT POUR 2014
AB INBEV CONFIANT POUR 2014

par Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) - Anheuser-Busch InBev prévoit pour cette année un retour à la croissance de ses ventes au Brésil et au Mexique, grâce notamment à l'impact de la Coupe du monde de football, ainsi qu'une amélioration aux Etats-Unis, tout en pointant du doigt une hausse des coûts de production et de marketing.

Vers 10h45, le titre du premier brasseur mondial prenait 1,20% à 75,16 euros à Bruxelles, plus forte progression de l'indice Euro Stoxx 50, tandis que l'indice regroupant les valeurs agroalimentaires européennes cédait 0,32%.

Le groupe propriétaire des marques Budweiser, Stella Artois et Corona s'attend à ce que la Coupe du monde de football dope les ventes de bière au Brésil, son deuxième marché, où les volumes ont baissé l'an dernier aussi bien en raison d'un été pluvieux que d'une inflation élevée, qui a entamé le pouvoir d'achat.

AB InBev, qui a vendu plus de 20% du total des bières consommées dans le monde en 2013, a également dit que la reprise économique donnerait un coup de fouet à ses activités au Mexique et aux Etats-Unis, son principal marché.

Ceci étant, le froid exceptionnel et les chutes de neige qui ont affecté le pays pendant une bonne partie des mois de janvier et de février ont entraîné une moindre fréquentation des bars et, partant, une diminution de la consommation de bière.

"Là où la météo a été favorable, par exemple sur la côte ouest, les volumes se sont bien comportés", a déclaré Felipe Dutra, directeur financier d'AB InBev, lors d'une conférence téléphonique.

Le groupe a cependant souligné les quelques bémols qui sont susceptibles de caractériser ses opérations au cours de l'année qui vient de commencer.

TAUX DE CHANGE DÉFAVORABLES

AB InBev a ainsi précisé que le coût des ventes par volume augmenterait entre 1% et 5% en 2014 en raison d'effets de change défavorables, notamment la dépréciation du real brésilien par rapport au dollar. Cet effet annule l'impact positif d'une baisse du coût des matières premières.

Le brasseur a également dit qu'il augmenterait de 10% à 15% ses dépenses publicitaires, avec notamment des campagnes de promotion liées aussi bien au Mondial brésilien, qui commencera en juin, qu'à ses marques les plus récentes.

AB InBev a précisé que les volumes avaient baissé de 1,7% au cours du dernier trimestre 2013, ce qui n'a pas empêché le chiffre d'affaires, porté par une hausse des prix et un engouement pour des bières plus haut de gamme, de progresser de 4,6% à 11,71 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros).

Ce niveau est légèrement en-deçà des attentes des analystes financiers interrogés par Reuters, qui avaient anticipé en moyenne 11,77 milliards.

En revanche, le résultat brut d'exploitation opérationnel (Ebitda) a progressé de 13% sur la période, à 5,20 milliards de dollars alors que les analystes avaient tablé sur 4,94 milliards.

Sur l'ensemble de l'année 2013, l'Asie est la seule région où AB InBev a enregistré une hausse des volumes, ce qui explique en partie le bon accueil réservé aux prévisions 2014 du groupe.

Il y a une semaine, Carlsberg, le quatrième brasseur mondial, s'était également montré optimiste pour ses ventes cette année, tout comme, avant lui, Heineken, le numéro trois.

(Véronique Tison et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant