AB InBev abaisse ses prévisions au Brésil pour 2013

le
0
AB INBEV REVOIT EN BAISSE SES PRÉVISIONS POUR 2013 AU BRÉSIL
AB INBEV REVOIT EN BAISSE SES PRÉVISIONS POUR 2013 AU BRÉSIL

BRUXELLES (Reuters) - Anheuser-Busch InBev, le premier brasseur mondial, a abaissé mardi sa prévision de croissance pour 2013 au Brésil, son second marché après les Etats-Unis, après un bénéfice inférieur aux attentes à l'issue du premier trimestre.

Le bénéfice d'exploitation du premier trimestre est ressorti à 3,43 milliards de dollars (2,62 milliards d'euros), en-dessous du consensus de 3,58 milliards établi par Reuters, malgré une légère hausse de 0,9%.

Vers 09h15 GMT, l'action AB InBev perdait 2,69% à 71,13 euros. Le titre avait atteint un record au début du mois, à 79,60 euros, dans l'espoir d'un feu vert des autorités de la concurrence au rachat de Grupo Modelo, premier brasseur mexicain.

Le groupe a annoncé que les Brésiliens avaient consommé 8,2% de bière en moins qu'à la même époque de l'an dernier, en raison de la forte hausse des prix des produits alimentaires, du mauvais temps et de la date précoce du Carnaval, qui a raccourci la saison estivale.

"Le temps n'a encore pas été très bon en mars (...) mais nous avons aussi subi un pic de l'inflation des produits alimentaires, qui réduit la part des revenus disponibles", a précisé Felipe Dutra, directeur financier d'Ab InBev.

L'inflation brésilienne s'est accélérée en mars à 6,50%, dépassant pour la première fois depuis novembre 2011 l'objectif gouvernemental fixé à 6,5%.

Même si AB InBev a précisé que la baisse de ses ventes avait ralenti au Brésil en avril par rapport à mars, le groupe s'attend désormais à ce que la quantité de boisson vendue dans la première économie d'Amérique latine stagne ou diminue légèrement en 2013.

AB InBev, qui contrôle les deux tiers du marché brésilien de la bière, prévoyait initialement une légère hausse de ses ventes dans le pays sur l'ensemble de l'année.

"Le Brésil a été une source solide de revenus pendant des années", relève Andrew Holland, analyste chez Société Générale. "Il a vacillé un peu l'an dernier. Maintenant, il s'affaiblit encore plus."

Aux Etats-Unis, où le groupe contrôle environ la moitié du marché, la hausse des impôts et des cours du pétrole, ainsi qu'un hiver particulièrement rigoureux, ont fait baisser de 4,1% les quantités de bière vendue aux distributeurs.

L'un des principaux concurrents d'AB InBev, Heineken, troisième brasseur mondial, a annoncé la semaine dernière un chiffre d'affaires inférieur aux attentes au titre du premier trimestre, en raison d'une baisse générale de ses ventes à l'exception de l'Asie.

Philip Blenkinsop, Julien Dury pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant