A400M : Airbus alerte ses clients sur un problème d'électronique des moteurs

le , mis à jour à 19:04
1
A400M : Airbus alerte ses clients sur un problème d'électronique des moteurs
A400M : Airbus alerte ses clients sur un problème d'électronique des moteurs

L'Airbus A 400 M pourrait connaître des problèmes électroniques sur le contrôle de ses moteurs qui pourrait se traduire par une perte soudaine de puissance. Même si le constructeur refuse d'établir un lien avec l'accident du 9 mai à Séville (sud de l'Espagne) qui a provoqué la mort des deux pilotes et de deux ingénieurs, il vient de diffuser une note d'alerte à ses clients exploitant déjà cet avion de transport militaire. 

Douze appareils sont en service depuis 2013 sur les 174 commandés par huit pays (Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Luxembourg, Turquie et Malaisie). Après l'accident, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Turquie et la Malaisie ont suspendu les vols en attendant de connaître les conclusions de l'enquête menée par les autorités militaires espagnoles de la Commission d'enquête technique des accidents des aéronefs militaires (CITAAM).

VIDEO. A400M : Airbus demande à ses utilisateurs de vérifier «le système de régulation moteur»

Dans sa note, Airbus demande «aux exploitants d'effectuer des contrôles spécifiques et réguliers de l'ECU, c'est à dire de l'unité de contrôle électronique des turbopropulseurs (les moteurs plus puissants dans le monde occidental avec plus de 10 000 chevaux) avant le vol et d'effectuer des contrôles supplémentaires après un éventuel remplacement de moteur ou de l'ECU.» L'objectif est d'éviter tout risque potentiel de bug sur ces moteurs développés par la Snecma (France), le Britannique Rolls Royce, l'Espagnol ITP et l'Allemand MTU avec le risque de perte potentielle de puissance, Airbus a préconisé à ses exploitants de «réaliser des actions nécessaires à effectuer.»

Pour le constructeur, cette alerte «résulte des analyses internes à Airbus et fait partie de ses activités permanentes en matière de navigabilité, indépendamment de l'enquête officielle en cours.» Néanmoins, l'avionneur précise que ces informations ont été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le mardi 19 mai 2015 à 14:57

    ahhh, si l'électronique marche aussi mal sur les avions que sur les bagnoles..