A Witsel ouvert

le
0
A Witsel ouvert
A Witsel ouvert

Parti s'enterrer médiatiquement, et sûrement un peu sportivement, en Russie, Axel Witsel a toujours été indiscutable dans le onze de départ de Marc Wilmots. Chouchou il y a encore peu, Witsel ne fait plus l'unanimité au sein du public belge. Mais pourquoi son cas divise-t-il alors que son profil et ses prestations, notamment contre l'Italie, lui permettent de garder son rang et de rester le gars sûr de Wilmots ?

"Axel, c'est le cerveau. Avec lui, on a trouvé de la stabilité dans l'entrejeu. En intelligence de jeu, c'est le meilleur que j'ai vu. C'est pour cette raison que je lui ai donné les clés de l'équipe d'ailleurs". Les termes choisis par Marc Wilmots lors d'une interview accordée en octobre 2015 au quotidien Sud Presse sont limpides. Comme d'habitude avec le sélectionneur des Diables Rouges. Des termes qui illustrent clairement l'importance du joueur du Zénit Saint-Pétersbourg aux yeux de son sélectionneur. Et pour cause, il est des joueurs dont le nom ne fait pas rêver mais qui sont précieux dans un collectif. Il est des joueurs qui travaillent dans l'ombre et qui laissent volontiers le strass et le feu des projecteurs aux noms plus sexy de leur effectif. Axel Witsel en fait partie. Véritable relai de Marc Wilmots sur le terrain, l'ancien joueur du Standard de Liège a une place toute désignée dès lors qu'il s'agit pour son entraineur de coucher onze premiers noms sur la feuille de match. A tel point que Witsel a joué 100% du temps lors des qualifications pour la Coupe du monde 2014. Le tout, sans prendre un seul carton jaune et en évoluant au poste de numéro 6, une place jusqu'alors inhabituelle pour lui.

Monsieur Propre


Né de père Martiniquais, c'est plus haut sur l'échiquier que celui qui aurait pu jouer pour l'Equipe de France – mais qui a finalement "choisi" d'évoluer avec les Diables, la faute à un sentiment d'appartenance complètement belge - a toujours évolué avant que Wilmots ne le replace. Humble et discret, c'est avant tout une mentalité exemplaire et fidèle à celle de la majorité des habitants du Plat Pays qui a fait de Witsel le joueur qu'il est aujourd'hui. Régularité, justesse, propreté, protection de balle et constance sont autant de qualités qui ont permis au joueur de devenir l'un des plus populaires auprès d'un public qui se reconnaissait en lui. Des facultés qui, aux yeux de tous, ont longtemps fait de Witsel un joueur indéboulonnable en sélection, au même titre que les Hazard, Courtois, Kompany et De Bruyne.

Pourtant, depuis l'arrivée et la prise de pouvoir en sélection de Radja Nainggolan, le rôle de Witsel a changé. Le "Ninja" est venu bousculer la hiérarchie capillaire du milieu de terrain, jusqu'ici établie par les Tuft Brothers que…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant