À Washington, Nétanyahou joue des lobbies et du Congrès 

le
0
Fort de 100.000 membres, l'American Israel Public Affairs Committee veille à maintenir intacte l'alliance «stratégique» qui lie les États-Unis à Israël.

Au mois de mai dernier, quand Barack Obama se présente devant les quelque 6000 invités du lobby pro-israélien de l'Aipac pour y expliquer son plan de paix - visant à créer un État palestinien dans les frontières de 1967 avec des échanges de territoires -, les applaudissements sont à peine polis. «S'il vous plaît, ne huez pas le président !», a demandé, dans une note diffusée avant la séance, un responsable de l'événement.

Cet accueil glacial est en contraste saisissant avec le triomphe fait par la même assemblée au premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou. Entre «Bibi» et Obama, le c½ur de l'Aipac - plutôt conservateur - ne balance pas. Un paramètre qui explique en partie pourquoi Obama a dû battre en retraite sur ses rêves de paix.

Créé en 1951, trois ans après la naissance de l'État d'Israël, l'American Israel Public Affairs Committee veille à maintenir intacte l'alliance «stratégique» qui lie les États-Unis à Israël. Avec ses 1

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant