A Washington, la sécurité nucléaire mondiale en débat

le
0
Le Japonais Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), au siège de l'AIEA, à Vienne (Autriche), jeudi 24 mars.
Le Japonais Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), au siège de l'AIEA, à Vienne (Autriche), jeudi 24 mars.

Une cinquantaine de dirigeants de la planète sont attendus dans la capitale américaine, jeudi et vendredi, pour le 4e Sommet sur la sécurité nucléaire. Un rendez-vous qui intervient dans un contexte troublé, après les attentats de Bruxelles et de Lahore.

C’est un rendez-vous qui, au regard de la montée des périls liée au terrorisme, prend une résonance toute particulière. Quelques jours seulement après les attentats de Bruxelles (32 morts) et de Lahore, au Pakistan (plus de 70 morts), une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus à Washington, jeudi et vendredi, pour participer au quatrième Sommet sur la sécurité nucléaire (NSS). The Christian Science MonitorComme en 2010 – déjà dans la capitale fédérale américaine –, en 2012 à Séoul (Corée du Sud) et en 2014 à La Haye (Pays-Bas), les dirigeants de la planète vont tenter de s’accorder sur les moyens les plus appropriés pour sécuriser les produits radioactifs et prévenir leur utilisation dans le cadre d’actes terroristes.Ce forum international, aux visées prophylactiques, devrait être l’occasion d’évoquer la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI), principal danger pour la sécurité internationale. D’aucuns redoutent que les spadassins du « calife » autoproclamé Abou Bakr Al-Baghdadi n’envisagent de fabriquer une « bombe sale ». ForbesUn autre scénario noir serait que les terroristes parviennent à infiltrer et à saboter une centrale en vue de provoquer un accident nucléaire, ce qui aurait des répercussions catastrophiques. Voice of America, The Daily TelegraphParmi les absents notables à ce sommet figurent la Russie, mais aussi l’Iran, et ce malgré l’accord historique conclu à la mi-juillet à Vienne (Autriche) avec la République islamique à propos ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant