A Washington, Ashraf Ghani salue l'engagement US en Afghanistan

le
1

WASHINGTON, 23 mars (Reuters) - Le président afghan Ashraf Ghani a rendu hommage à l'engagement des soldats américains en Afghanistan pendant plus de treize ans, lundi lors d'une visite à Washington où il devrait demander aux Etats-Unis de ralentir le rythme de leur retrait du pays. Le successeur d'Hamid Karzaï, entré en fonction en septembre dernier, a rencontré des familles de soldats au Pentagone. "Chacun de vous a laissé un héritage mais je comprends aussi que l'Afghanistan vous ait marqués", a-t-il dit à propos des 2.215 Américains tués et des 20.000 blessés depuis le début de l'intervention américaine dans le pays à l'automne 2001. Ces mots de gratitude contrastent avec l'attitude d'Hamid Karzaï, qui a quitté ses fonctions l'an dernier en accusant les Etats-Unis d'infliger une guerre à son pays. Un nombre record de policiers, de soldats et de civils afghans sont morts l'an dernier dans la guerre contre les taliban. Avant de quitter Kaboul, Ashraf Ghani a prévenu que la reprise des combats attendue avec l'arrivée du printemps serait dure et il s'est également inquiété de l'essor du groupe Etat islamique en Afghanistan. A Washington, on se félicite de l'attitude "clairement plus coopérative" de Ghani, qui aura un entretien à la Maison blanche mardi et s'adressera au Congrès mercredi. En mai dernier, Barack Obama avait annoncé que le contingent américain serait réduit de moitié environ, de 9.800 à 5.500 hommes, et qu'il n'opérerait plus que de ses bases de Bagram et Kaboul d'ici la fin 2015. Mais ces plans sont en cours de modification, les chiffres en cours de réexamen et l'on indique déjà, de source gouvernementale à Washington, que les bases de Kandahar et de Jalalabad resteront probablement ouvertes au-delà de cette date. (Phil Stewart, avec David Alexander; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 23 mar 2015 à 18:17

    Encore un faux Q.