A Vivatech, même l'agriculture part dans le nuage

le
0
A Vivatech, même l'agriculture part dans le nuage
A Vivatech, même l'agriculture part dans le nuage

L'agriculture aussi part dans le nuage ou "cloud": au salon des start-up Vivatech qui se tient à Paris jusqu'à samedi, les potentiels croissants de "l'agriculture de précision" via l'exploitation des données de terrain font saliver inventeurs et investisseurs.Sur un stand hébergé par LVMH, Alban Frésil explique le fonctionnement de la start-up monpotager.com, qui permet aux clients urbains pressés de recevoir les fruits et légumes qu'ils ont planté virtuellement moyennant un abonnement mensuel."Nous avons une cinquantaine d'agriculteurs maraîchers fournisseurs et un peu plus de 1.500 abonnés, surtout autour de Lyon et de Paris. Notre métier c'est la logistique, nous livrons les fruits et légumes en relais", détaille Alban Frésil à l'AFP. Le site a été fondé par un agriculteur, mais la société toute entière baigne dans la "tech" plus que dans la terre. Alban Frésil est "growth hacking manager", chargé d'augmenter le nombre d'abonnés.Il cherche à faire de la video en direct "pour que les clients puissent voir leurs carottes pousser".Plus globalement, le potentiel de développement de l'"agritech" est énorme, explique à l'AFP Nathalie Doré, directrice générale de l'Atelier BNP Paribas basée à San Francisco.Elle a présenté à Vivatech les résultats d'une étude "Agtech, et agriculture de précision, la troisième révolution": après la mécanique dans les années 50-70, puis la chimie et les engrais dans les années 90.Son équipe d'analystes, dont un ingénieur agronome et une fille d'agriculteurs de l'Est de la France, ont identifié aux Etats-Unis 92 start-up basées sur les données et uniquement dédiées à l'agriculture. Les domaines vont de la robotique au contrôle des cultures par drone en passant par la gestion de l'irrigation par capteur et géolocalisation, le contrôle sanitaire du cheptel, la météo ultra-localisée, ou le partage de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant