À Vintimille, un nouveau «Sangatte» entre France et Italie

le
0
REPORTAGE - Face à l'afflux de clandestins, le maire de la ville frontalière italienne a décidé de prendre des mesures humanitaires.

Lorsque le petit car scolaire de la municipalité de Vintimille stoppe devant la gare, une trentaine d'immigrants le prennent aussitôt d'assaut pour la rotation vers le centre d'accueil mis en place, à la fin de la semaine dernière, par les autorités municipales. L'endroit n'est qu'à quelques kilomètres du centre-ville, dans une caserne de pompiers désaffectée de la vallée de la Roya. Sur les 500 à 600 Tunisiens regroupés ce jour du week-end dernier aux abords de la gare, seule une minorité bénéficiera du dispositif d'urgence. «Nous avons installé 120 lits de camp, et on peut monter jusqu'à 150 en les serrant un peu, explique Luciano Cosco, président de la Croix-Verte locale. La mairie leur offre un repas, ils peuvent se doucher et y passer la nuit.» Pour les autres, il reste les jardins publics. À moins qu'ils ne tentent cette nuit le passage. Comme Mohammed, 29 ans, qui travaillait dans l'hôtellerie, aujourd'hui sinistrée. «Je l'ai déj...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant