À vendre, un ranch texan vingt fois plus grand que Paris

le
0

EN IMAGES - Soit plus de 2000 kilomètres carrés. Pour vous offrir cet immense bien atypique, il faudra débourser 725 millions de dollars. Découverte.

La surface a de quoi impressionner. Vingt fois la superficie de Paris. Ou quasiment aussi grand que le Luxembourg. Ce WT Waggoner ranch est l’un des plus célèbres ranchs américain de l’histoire de l’élevage. C’est aussi le plus grand ranch de tous les États-Unis... et le plus cher! 725 millions de dollars pour devenir propriétaire des lieux, et tout ce qu’ils renferment: 121 kilomètres carrés de terres cultivées, 1200 puits de pétrole, des milliers de tête de bétail, et surtout, plusieurs milliers de kilomètres carrés qui restent encore inexplorées à ce jour!

Le ranch a été créé par Daniel Waggoner et son fils, William Thomas Waggoner en 1849. En tout, il couvre pas moins de six comtés du nord du Texas. «Pour moi, une des caractéristiques de ce ranch est qu’il a un ciel bleu illimité!», s’enthousiasme auprès du Guardian le courtier Bernard Uechtritz. «Le ranch s’est extrêmement développé à l’époque où l’Oklahoma était encore un territoire indien. Abraham Lincoln était encore au congrès!», ajoute-t-il. Le ranch a toujours appartenu à la famille Waggoner.

Plus 600 potentiels acheteurs

Durant des décennies, le ranch a été l’objet de multiples conflits de la part des héritiers de la famille Waggoner qui n’arrivaient pas à trouver un consensus pour se partager les biens et les vendre. Le ranc h est désormais sur le marché. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y rencontre un franc succès! Plus de 600 acheteurs potentiels ont déjà manifesté leur intérêt pour le bien. «Les candidats ont été réduit à une douzaine, et je pense qu’un gagnant sera bientôt déclaré», explique Bernard Uechtritz.

Quels sont les critères essentiels pour être retenu? Comprendre «l’esprit» du ranch. Il faut que l’acheteur soit un amoureux de la terre. Et un ami du peuple. Il faut savoir que le ranch emploie actuellement 120 personnes, qui s’affairent sur les différentes activités du ranch. Il y a parfois des familles entières qui y travaillent depuis des générations, et qui font donc partie de son histoire. «La personne qui achètera ce ranch aura le devoir de conserver chacun des employés», conclut Bernard Uechtritz. Le futut ranchero est donc prévenu.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant