À Tripoli, la peur affleure malgré la mise en scène

le
0
REPORTAGE - Le régime libyen a organisé mardi une opération de séduction à l'attention des médias étrangers. Sans parvenir à masquer totalement l'anormalité de la situation dans le pays.

«Ni sucre, ni pain, seulement Kadhafi !» Des photos du Guide portées à bout de bras, une trentaine de partisans du régime sautillent gaiement sur la place principale de Qasr Ben Ghachir. Cette petite localité, située à 20 kilomètres de Tripoli, a accueilli, mardi, un groupe de journalistes étrangers invités à assister au départ d'un «convoi humanitaire» pour les populations de Benghazi, ville «rebelle» de l'est du pays, sous les youyous d'une partie de ses habitants.

«Les terroristes de l'Est sèment la terreur auprès de la population. Vous savez, tout ça, c'est à cause des Tunisiens et des Égyptiens qui ont donné de la drogue aux populations libyennes pour qu'elles se soulèvent contre notre cher leader… Mais ce sont des actes isolés. La Libye se porte bien. Et on va leur prouver qu'on l'aime, notre colonel !» lâche Nabil Mohammad, un étudiant de 23 ans aux cheveux gominés.

Cette étonnante opération de séduction vise, de toute évidenc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant